La légende russe de Snégourotchka

Vous l’avez demandée, alors la voici : La véritable histoire de Snégourotchka

Fille (ou selon certaines légendes, petite-fille) de Ded Moroz (le Père Noël ou Père Frimas) et de Vesna (Primevère), la déesse du printemps. Parfois en été; elle vit chez les gens et les aide. Quand elle se promène dans la forêt, les petits animaux viennent la voir. Son cœur est froid, et si quelqu’un arrive à l’enflammer d’amour, elle fond sous les rayons du dieu soleil.
A Noël, elle apporte les cadeaux avec Ded Moroz.
LA LEGENDE DE DED MOROZ ET SNEGOUROTCHKA

Ancien dieu dirigeant la neige et le gel, Moroz vit au cœur des lointaines forêts dans une maison de glace. Son bâton sert à déclencher le gel mais s’il en frappe votre maison, les poutres se fendront en deux… Il est revêtu d’une longue pelisse bleue, d’un chapeau bordé de fourrure, de grosses moufles et ses pieds sont chaussés de valenki (bottes de feutre).
Devenu Ded (Dedouchka – grand-père) Moroz (ce qui pourrait se traduire par "Vieux gel à nez rouge") c’est devenu le distributeur russe de cadeaux, à l’instar de Saint-Nicolas ou du Père-Noël dans les pays européens. Il lui arrive désormais aussi de porter une pelisse rouge … 
Il se déplace en flottant dans les airs ou dans une troïka tirée par trois chevaux.
Les enfants savent fort bien que son sac de cadeaux est sans fond, mais savent-ils que leurs ancêtres demandaient aussi des présents à Moroz la veille de Noël?  Ils lui proposaient quelques douceurs pour que Moroz ne gèle pas les récoltes.
Rappelons que la fête de la Nativité est célébrée le 7 janvier par l’Eglise orthodoxe et que Ded Moroz vient délivrer ses colis …au nouvel an !
Ded Moroz est papa d’une grande fille qui l’aide à distribuer les cadeaux : Snégourotchka ("Petite neige" que l’on désigne sous le nom de "Fille de neige"), également fille de la déesse du printemps Vesna ("Belle source" que l’on retrouve aussi traduite comme "Primevère").  Ce qui prouve que la barbe blanche a toujours eu du succès auprès des belles dames russes …
Snégourotchka est vêtue d’une robe bleue et porte dans les cheveux un kokochnik (coiffe traditionnelle) orné de pierres précieuses, de perles et de diamants.
Jusqu’à ses 16 ans, elle grandit dans le royaume glacial de son père pour éviter que le regard de Yarilo, le dieu-soleil, ne se pose sur elle et la fasse fondre.
A la fin de l’hiver ; ses parents se rencontrent et se disputent à propos de son avenir. Sa mère veut qu’elle soit libre, mais son père a peur du soleil. Finalement, ils décident de la confier à un couple âgé. Ainsi un matin, un vieillard et sa femme marchent dans la foret enneigée proche du village de Tobolska et l’homme a envie de faire une "jeune fille" de neige (en russe on ne dit pas "bonhomme" de neige). A sa grande surprise, les lèvres de la jeune fille rougissent, ses yeux s’ouvrent et elle sort de la neige : c’est une vraie jeune fille.
Elle grandit, non pas de jour en jour, mais d’heure en heure. Bientôt le soleil printanier réchauffe la terre et les touffes d’herbe verte commencent a apparaître. Snégourotchka se cache du soleil, cherche la fraicheur de l’ombre et offre ses bras à la pluie.
Un jour, l’été venant, des jeunes filles du village l’invitent à jouer avec elles. Elle se joint à elles avec réticence pour cueillir des fleurs, chanter et danser avec les garçons du village. Elle se tient en retrait jusqu’à ce que Lel, un berger, lui joue de la flute puis la prenne par la main et l’entraine dans la danse. A partir de ce jour la, il vient régulièrement la voir. Mais, bien qu’il l’aime tendrement, il ne sent pas de réciprocité dans son cœur froid. Il la quitte alors pour une villageoise. De chagrin, Snégourotchka s’élance vers un lac au milieu de la foret et supplie sa mère de lui donner un cœur d’humain. Aimer, même pour un court instant, est plus précieux que la vie éternelle avec un cœur de glace.
La prenant en pitié, sa mère lui place une couronne de lys sur la tète et lui conseille de protéger son amour du regard ardent de Yarilo.
Courant à travers les arbres, Snégourotchka va trouver Lel et déclare son amour. Pendant qu’elle parle, le soleil monte dans un ciel sans nuage, dispersant les brumes de l’aube et faisant fondre les dernières neiges. Un rayon de soleil tombe sur elle et, dans un cri de douleur, elle prie Lel de jouer un dernier air de flute . il s’exécute tandis que le corps de la jeune fille s’enfonce dans le sol, ne laissant qu’une couronne de lys. Une vie passe, une autre arrive. Le soleil éveille la terre glacée d’un baiser et donne naissance aux fleurs et aux plantes. Mais Lel attend que les neiges hivernales lui ramènent sa bien-aimée.

Ce conte a inspiré de nombreux artistes dont :
Alexandre N. Ostrovski écrit une pièce qui deviendra célèbre : Il neige sur le petit village de Tobolska. Les enfants jouent à se jeter des boules de neige, et un flocon prend vie. C’est une jeune fille pâle et frêle, qui s’anime doucement… Pendant ce temps, deux vieillards se lamentent de ne pas avoir d’enfants. Voilà qu’ils aperçoivent celle que l’on nomme désormais Snégourotchka, fille de la glace et du froid. Aussitôt ils décident de l’adopter. Snégourotchka confie bientôt sa peine à la rivière : “comment faire battre mon cœur ?”, se lamente-t-elle. Un jour qu’elle observe une fête au village par la fenêtre de son isba, Ivan (Lel), jeune homme de fière allure, l’aperçoit ; Il la séduit et lui déclare sa flamme. C’est le Printemps. Snégourotchka retrouve Ivan dans la forêt de bouleaux. Instants d’amour partagés. Nouvelle fête au village : Snégourotchka est invitée par tous à passer l’épreuve du feu : “Saute ! Saute par-dessus les flammes !” l’engagent les voix des villageois et des enfants. Devant ses hésitations, ils se moquent d’elle. La jeune fille saute alors et… s’évapore. Ivan reste stupéfait et va confier son chagrin à la rivière. “Snegourotchka est là, lui murmure celle-ci. Bien vivante. L’hiver prochain, le froid reviendra et la belle Snegourotchka aujourd’hui changée en eau redeviendra de glace. Et vous vous retrouverez, et vous aimerez à nouveau !"

Nicolaï Rimsky-Korsakov écrit un opéra en un prologue et quatre actes, d’après le livret d’Alexandre N. Ostrovsky, joué au Théâtre Impérial Marinskii à Saint-Petersburg, pour la première fois le 10 février 1882, avec pour interprètes : Velinskaya (Snegourotchka), Kamenskaya (Vesna), Bitchourina (Lel), Makarova (Koupova), Vasiliev (Zar Berendei), Prianichnikov (Mizghir), Stravinski (Ded Moroz) sous la direction de E. Napravnik.
Une adaptation française de Lalo d’après la traduction de Halperine, avait été joué en 1908, à l’Opéra Comique avec Marguerite Carré dans rôle de Snegourotchka. Le photographe Nadar l’avait, alors, immortalisée sur plaques de verre.

Une version en français, enregistrée en 2006 par les chœurs et l’orchestre de l’ORTF, sous la direction de Charles Bruck, existe de nos jours. (avec Solange Michel (Vesna) – Lucien Lovano (Ded Moroz) – Janine Micheau (Snegourochka) – Rita Gorr (Lel) – Michel Hamel (Carnaval)

Plus récemment, Stéphanie Tesson en a donné une adaptation sous la forme d’un "spectacle musical et théâtral tout public à partir de 5 ans d’après un conte traditionnel russe" avec : Natalia Ermilova, Veronika Boulytcheva, Bruno Desmouillères

Puis, toujours basé sur l’histoire de A.N. Ostrowsky, Snégourotchka est filmé par Pavel Kadotchnikov dans de superbes paysages aux magnifiques couleurs en 1968. Toute la magie des costumes et des chansons populaires dans un conte russe rythmé par de nombreux rebondissements. Un film sur la découverte de l’amour avec Evguénia Filonova, Evguéni Jarikov, Irina Goubanova, Boris Khimitchov, Pavel Kadotchnikov, Serguéi Filippov, Andréi Apsolon, Lioubov Malinovskaïa, Valentina Pougatchova, Valéri Malychev, Svetlana Onoutchkina, Guennadi Nilov, Ludmila Bézouglaïa, Stépan Krylov. (réalisation : Pavel Kadotchnikov ; scénario : Evgueni Schwartz, Daniil Del (Léonide Lioubachevski) et Pavel Kadotchnikov ; photos : Serguéi Ivanov ; musique : Nadiejda Simonian et Vladislav Kladnitski ; production : Studios Lenfilm) Il était une fois, Snégourotchka, fille du « Père Frimas », qui un jour décide d’aller vivre parmi les hommes. Jeune femme au cœur de glace, elle ne connaît ni amour, ni joie et va devoir apprendre à aimer pour conquérir le berger Lel. Le jeune homme réussira-t-il grâce à son amour et sa chaleur, à faire fondre le cœur de Snégourotchka ?
Disponible en DVD, version doublée en français, pour 20 E environs chez l’excellent RUSCICO
http://www.ruscico.com/detail.php?lang=fr&film=101

Enfin, Robert  Giraud et Hélène Muller écrivent La fille de neige (conte russe et enneigé). Les illustrations d’Hélène Muller sont douces, comme le prix de ce petit album à couverture souple qui aide à comprendre que les belles choses sont souvent éphémères.
Flammarion – Père Castor 2000 /  0.54 €  / 24 pages
ISBN : 2-08-160192-3

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :