La Ballerine et le Stoïque Soldat de Plomb

Conte d'Andersen- Le petit soldat de plomb

Le Vaillant Soldat de plomb, conte célèbre d’Andersen, a toujours connu des adaptations. L’histoire du petit tirailleur unijambiste qui tombe amoureux de la ballerine est très connue : écarté, il manque de se noyer, puis revient et finit par s’unir à la belle en un cœur fondu dans la poêle fumante.

Amour, gloire et beauté poignante composent les éléments de ce conte.

La Ballerine et le Stoïque Soldat de Plomb

Un petit garçon reçut une boîte de 25 soldats de plomb. L’un d’entre eux était un peu différent des autres car il n’avait qu’une seule jambe. Les soldats furent rangés sur une table, où il y avait beaucoup d’autres jouets. Le soldat de plomb qui n’avait qu’une jambe remarqua parmi eux une danseuse, qui se tenait gracieusement sur une seule jambe, et la croyant comme lui, il pensa que ce jouet lui ferait une femme merveilleuse. Le soir, quand les gens de la maison furent couchés, tous les jouets se mirent à faire la fête. Le soldat de plomb restait immobile et fixait des yeux la danseuse. Minuit sonna alors et un diable en boîte s’ouvrit, qui se mit à avertir le soldat de plomb de ne pas la regarder. Mais le soldat continua à regarder la danseuse.

Le lendemain, alors qu’on l’avait posé sur la fenêtre, le soldat de plomb fut enlevé par le diable en boîte et tomba la tête la première du troisième étage. L’enfant et sa bonne le cherchèrent, mais sans succès. Ce furent deux autres garçons qui le trouvèrent ensuite et qui décidèrent de le faire voguer dans le caniveau, sur un bateau en papier. Que va faire le petit soldat? Le soldat de plomb navigua le long du trottoir puis tomba dans les égouts. Après avoir croisé un rat en fureur, n’ayant pas la permission de voguer sur son territoire, il déboucha sur un ruisseau, où il fut avalé par un gros poisson. Le poisson fut pêché, acheté au marché, amené dans une cuisine et coupé. On retrouva le soldat de plomb et le plaça sur une table.

Celui-ci se rendit compte qu’il était arrivé dans la même salle qu’auparavant, dans la maison de l’enfant. Il vit alors la danseuse et fut ému. Mais un petit garçon prit le soldat et le jeta dans le poêle (sûrement sous l’influence du diable en boîte). Le soldat de plomb fut brûlé. Quelqu’un ouvrit une porte et la danseuse tomba, dans la poêle aussi, avec le soldat de plomb. Ils fondirent ensemble. À la place du soldat de plomb, il ne restait qu’un cœur de plomb et à la place de la danseuse, une paillette.

 

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plombLe Stoïque Soldat de plomb

Catia Mancini Costumière

Catia Mancini Costumista Costumière

Catia Mancini, est demandée dans toute l’Italie depuis que, en 1991, elle a fondé le Théâtre Couture pour créer des vêtements pour le spectacle et le cinéma. Elle a aussi créé toute une gamme de costumes pour un Carnaval de Venise inoubliable. C’est probablement, à l’heure actuelle, la plus talentueuse costumière que nous pouvons vous conseiller.

En parcourant les pages de son site, vous découvrirez ce qui rends Catia Mancini unique pour le rêve du carnaval et la magie du théâtre.

Depuis 1991 Catia Mancini crée des costumes fabuleux et originaux pour des spectacles et des événements. Des costumes pour le théâtre, costumes d’époque, des costumes médiévaux, des costumes pour des parades et des défilés, des costumes traditionnels, folkloriques, pour des festivals et des célébrations, des costumes pour le cinéma, des costumes de carnaval, costumes vénitiens et des costumes pour les fêtes, les danses et la danse du ventre, des costumes fantastiques pour tous les types d’invention créative, magique ou festive.

Au fil des ans, grâce à l’amélioration de ses connaissances en couture et une passion innée pour l’histoire du costume, Catia Mancini concentre son potentiel dans la création de costumes de théâtre et de carnaval.

L’histoire est le point de départ du travail dans l’atelier-laboratoire. Les créations prennent leur source dans des années d’étude et de passion pour l’art. Le choix des tissus, des boutons, garnitures et accessoires est fait personnellement par Catia Mancini, avec le plus grand soin et attention.
Les gravures, broderies, les géométries, les tissus seront adaptés aux besoins de chaque client.

Les services qu’elle peut vous offrir sont multiples : de la vente à la mise en œuvre de chaque type de robe grâce à la fourniture de masques chapeaux, accessoires en général.

L’adaptation de plus de 1000 costumes de différentes époques, sont le fruit d’une utilisation importante et habile de sa bibliothèque personnelle, et elle possède une vaste collection d’esquisses, signé par les plus célèbres créateurs.

Naviguer dans son site, c’est comme partir pour un long voyage dans l’histoire : le Moyen Age, la Renaissance, à partir du XIXème siècle jusqu’au XXème siècle. Dans un paysage continu de tissus, de vêtements, et d’accessoires d’époque.

Avec Catia Manicin, nous vous proposons un voyage fascinant à la découverte de la mode et des traditions du passé.

Pour faire réaliser vos prochains costumes du Carnaval de Venise par une véritable artiste, découvrez ses créations sur :

Costumi Teatrali Costumi di Scena Costumi di Carnevale Costumi Veneziani

ou

Catia Mancini

Laboratorio sartoriale che dal 1991 realizza costumi per lo spettacolo ed eventi in genere, costumi teatrali, costumi d’epoca con curate elaborazioni, costumi medioevali, costumi per rievocazioni sfilate e cortei storici, costumi tradizionali, folcloristici, per sagre e feste popolari, costumi di scena, costumi di carnevale, costumi veneziani e cinematografici, costumi per feste,  balli e danza del ventre, costumi fantastici per ogni tipo di invenzione creativa, magica o carnevalesca.

Catia Mancini, cura in tutta Italia la creazione di abiti per lo spettacolo e cinematografici. La nostra sartoria artigianale riproduce costumi per rievocazioni e sfilate storiche, costumi teatrali e costumi personalizzati per feste o balli. I tessuti e gli accessori utilizzati sono subordinati al livello di fedeltà che s’intende ottenere dalla riproduzione. Generalmente privilegiamo solo tessuti di ottima qualità, in prevalenza per le creazioni storiche, cerchiamo di rispettate le tipologie di stoffe usate nell’epoca, broccati, damascati, tessuti da tappezzeria e velluti, sono i più utilizzati per la la riproduzione di capi d’epoca. Bozzetti e tessuti verranno comunque sempre sottoposti all’attenzione del cliente stesso. Per quanto riguarda i costumi pronti in vendita, sono già realizzati in esclusivi e pregiati tessuti, resistenti nel tempo. Catia Mancini garantisce, l’intera lavorazione a mano e la qualità delle sue creazioni, frutto di esperienza, cultura artigianale e di passione che distinguono la creatività manifatturiera tessile italiana.

Tra le pagine del nostro sito vedrete cosa realizza l’abilita’ artigianale di Catia Mancini per il sogno del Carnevale e la magia del teatro.  Parlare di costume teatrale in Italia significa parlare di un mestiere dell’arte e di una cultura della storia dello spettacolo tra le più raffinate d’Europa.

Non esitate a contattarci per qualsiasi informazione desiderate:

   Dal Lunedì al Venerdì : 10.30 – 18.30

SABATO (solo su appuntamento) CHIUSO LA DOMENICA e FESTIVI

Telefono : 0736-255287

Cellulare: 3930894922 – 3384294851

Indirizzo: Corso di Sotto N. 25 63100 Ascoli Piceno

P.I. 01301230445

Iscrizione al registro imprese CCIAA – N.REA di Ascoli Piceno numero AP – 126053

Luigi Zanon, dit « Gigio »

Luigi Zanon, ou « Gigio » comme on l’appelle communément, est un véritable vénitien d’origine né dans la capitale lagunaire.

Luigi Zanon, dit "Gigio"

Gigio Zanon n’est pas un écrivain professionnel, mais ses écrits ont l’avantage, et ce n’est pas un des moindres, de transmettre au lecteur sa vaste expérience accumulée au travers des nombreuses activités, qu’il serait vraiment long d’énumérer, qui ont construit sa vie.
Comme de nombreaux grands vénitiens, il a en effet connu de nombreuses activités, sans pour autant négliger les intérêts économiques et professionnels, ni ses engagements pour la culture, l’histoire, la politique et l’écriture.

Amoureux de la mer et tout ce qui est pertinent pour la lagune, il en est un fin connaisseur après avoir navigué au loin. Il a édité plusieurs publications sur la navigation vénitienne dont le contenu et les compétences enrichissent la littérature existante et où précisément Gigio Zanon n’écrit pas parce qu’il a étudié la question, mais surtout parce qu’il a vécu en personne.

La famille Zanon est une ancienne famille vénitienne, dont la souche semble provenir directement de Paphlagonie, vers 2200 avant JC, dans le sillage de Pilemene, roi des Paphlagoniens, fuyant Troie après sa destruction par les Grecs. L’étymologie du patronyme Zanon vient de « Giovanni » (en Vénétie: « Zuane »), à partir de laquelle, par corruption, sont dérivés tous les autres patronymes : Zuane, Zuanon, Zane, Zanin, Zen, Zanella, etc.  Le patronyme Zanon est très populaire dans la région de Vénétie.

Tous ses livres sont en italien, et n’ont pas été traduits… pas encore.
Il pratique également le vénitien, dans un dialecte pur et riche.

Tous les livres de Gigio :

La galea veneziana - Luigi Zanon

LA GALEA VENEZIANA
Autore Luigi Zanon G.
Dati 2004, 152 p., ill., rilegato
Editore Editoria Universitaria

« La Galea Veneziana »
fut un succès instantané dans les librairies de toute l’Italie (trois éditions : 2004, 2006,2007). Ce livre raconte comment ont été construites les « Galea » à l’Arsenal de Venise : de l’arbre au navire achevé, les différents types de bois utilisés, comment iles bois ont été transportés, comment a été construit la coque, les mâts et les rames, voiles, etc.

IL PROCESSO A NAPOLEONE
Autore Luigi Zanon G.
Dati 318 p., ill., rilegato
Editore Editore Filippi

Cette initiative de publication confirme la passion et la participation de Gigio zanon à la vie politique et culturelle de sa ville.
Gigio Zanon a publié en 2005 un livre sur les travaux du « procès de Napoléon » qui s’est tenu à Venise en 2003, après l’acquisition par la Ville d’une statue de l’agresseur français.
Ce « processus » a eu lieu après que le maire Paolo Costa ait accepté un don du français Zienesiss (Président du Comité pour la protection de Venise), en collaboration avec la Fondation Caisse d’épargne de Venise : la statue la plus grande et la plus sinistre du dictateur que l’Europe ait jamais eu, provoquant, durant son règne, plus de vingt millions de morts.
Après avoir détruit ou pillé l’ensemble du patrimoine culturel de Venise, il a abandonné la ville aux autrichiens!
Et nous avons également eu un maire qui a accepté ce cadeau!

L’ARTE DE FAR GONDOLE
Autore Luigi Zanon G.
Dati 2006, 183 p., ill., rilegato
Editore Editoria Universitaria

C’est un livre écrit sur le ​​ »Squero » (chantier où sont construites et réparées des gondoles), qui, avec plus de 200 photographies raconte la construction du bateau le plus populaire au monde.
Le Maître charpentier Nedis Tramontin montre sa construction, avant même, dès l’ouverture de la « courbure » du bois, encore pendant la pousse de l’arbre et tout le chemin pour voir flotter la belle barque noire dans les canaux de Venise.
Un bref glossaire des 270 pièces de plus de 7 types de bois nécessaires à la construction d’une gondole font encore plus l’intérêt de ce livre.

L’ARSENALE DEI VENEZIANI
Autore Luigi Zanon G.
Dati
Editore Editoria Universitaria

Toute l’histoire de l’Arsenal de Venise depuis sa fondation jusqu’à nos jours.
les usages, les magistrats, les artisans, les méthodes de construction, fours, « Corderie », le « Velere », la « Fonderie », etc.
Ce livre raconte tout ce qu’il ya à savoir sur le plus grand Arsenal couvert de tous les temps, celui qui a provoqué un cri d’admiration de Dante Alighieri, qui l’a si bien décrit dans le « Malefosse » du chant XXV de l’Enfer.

LA BATTAGLIA DI LEPANTO
SCONTRO FRA DUE CIVILTA’
Autore Luigi Zanon G.
Dati
Editore Editoria Universitaria

La plus grande et la plus célèbre bataille navale de tous les temps est décrite ici en détail avec de nombreux documents.
Les personnages principaux : qui ils étaient et ce qu’ils faisaient.
les alliances, le fond, les préliminaires, dans les coulisses, les « armes secrètes » des Vénitiens.
La bataille est racontée, divisée en trois « cornes », comme l’ont été répartis armées pendant la bataille, et … après la bataille.
Mais par-dessus tout est révélé, ce qui c’est effectivement passé pendant la bataille et qui fut le véritable vainqueur : Sebastiano Venier.

CO S. MARCO COMANDAVA
Autore Luigi Zanon G.
Dati
Editore

En DVD, un recueil de lois anciennes comparées à celles d’aujourd’hui.
Les tribunaux, les lieux, les coutumes, la façon dont était construite une maison à Venise, écoles, commerce, etc.
Un aperçu de la vie à cette époque par rapport à aujourd’hui.

ANNO 1866 : LA LIBERTA’ PERDUTA
Autore Luigi Zanon G.
Dati
Editore Raxie Veneziane – Spresiano

La véritable histoire de l’annexion forcée de la Vénétie à l’Italie, avec des documents inédits sur les deux batailles perdues sur terre et en mer, mais gagné par le roi du Piémont par la tromperie et la fraude sur les gens de Vénétie.
Le livre a été inspiré par le journal du ministre plénipotentiaire pour l’acquisition du Piémont Vénétie, Tahon de Revel.
En outre, sont inclus les différents traités internationaux, rejetés ensuite par la Maison de Savoie.

FRANCESCO MOROSINI, IL « PELLOPONESIACO »
Autore Luigi Zanon G.
Dati
Editore

De la vie, les actions, les batailles, les poursuites judiciaires qu’il a subis et qu’il a remporté, de l’un des plus grands condottiere de tous les temps.

LA BASILICA DEI S.S. GIOVANNI E PAOLO
IL PHANTEON DEI DOGI – IN CD
Autore Luigi Zanon G.
Dati
Editore

Un DVD sur la panthéon des doges de et de nombreux illustres personnages de Venise.

LA BASILICA DEI FRARI – IN CD
Autore Luigi Zanon G.
Dati
Editore

En DVD, la basilique de Tiziano.

LE REGATE VENEZIANE – IN CD
Autore Luigi Zanon G.
Dati
Editore

L’histoire des régates vénitiennes en DVD

LA CHIESA DI S. STEFANO IN VENEZIA – IN CD
Autore Luigi Zanon G.
Dati
Editore

Un DVD qui raconte l’histoire de la basilique de Francesco Morosini

Lyrissa Toscanelli

Lyrissa Toscanelli

Nous vous présentons aujourd’hui la soprano Lyrissa Toscanelli, qui est une amoureuse de Venise, et de l’Italie, où vit toujours une partie de sa famille maternelle. En effet, elle est issue d’une terre rude et fière, la Vallée d’Aoste où l’air montagnard donne… de bons poumons.

Lyrissa Toscanelli est française et parisienne, mais Venise, d’où son aïeul paternel était originaire, a toujours été, et reste, pour elle le lieu privilégié de ses vacances, et l’Italie le terreau de sa culture. L’atavisme aidant, elle retrouve dans la lagune ses racines perdues au fil des récentes générations.
C’est grâce à sa famille italienne qu’elle a grandi  dans la musique, au sein de ce clan chaleureux où tous chantent et sont passionnés d’opéra.

Lyrissa Toscanelli

Lyrissa Toscanelli a commencé le piano à l’âge de quatre ans.

Puis, se sont progressivement ajouté l’étude de la danse classique, du théâtre, (auprès de Claude Nollier, de la Comédie-Française, puis au cours Galabru), et bien sûr, du chant. Régine Crespin lui a apporté de précieux conseils d’interprétation, et le ténor Maurice Brach ses profondes connaissances techniques.

C’est naturellement que dès son plus jeune âge elle connaît par cœur les opéras de Verdi, Bellini ou Donizetti…, qu’elle découvre durant l’année à l’Opéra de Paris, et pendant ses vacances aux arènes de Vérone.

A dix ans, elle rêve déjà que l’Opéra soit sa vie. Et après ses études musicales à la Sorbonne, l’obtention de ses 1ers Prix au Conservatoire National de Musique de Paris, et l’achèvement de sa formation à l’école de l’Opéra, elle est maintenant cantatrice, dans le registre typiquement italien de soprano lirico spinto. Elle a même été primée à Toulouse, haut lieu du bel canto que Klod connaît bien depuis sa plus tendre enfance et qui, autrefois, était redouté de tous les chanteurs, tant le public y est averti et critique.

Elle chante Rossini, Verdi, Mozart, à l’Opéra de Paris et à l’étranger… mais vous pourrez en apprendre davantage sur la cantatrice et son répertoire en visitant son site sur Internet.

Lyrissa Toscanelli

Si nous vous la présentons sur nos pages, c’est qu’elle peut offrir à nos (vos) fêtes vénitiennes le « décor musical » idéal. Accompagnée d’une formation de musique de chambre, ou d’un pianiste pour un concert plus intimiste, Lyrissa Toscanelli chante la musique baroque ou romantique vénitienne :

A commencer par le grand maître Vivaldi, bien sûr. Et aussi Marcello, Cesti ou Caldara.

A son répertoire sont aussi les œuvres d’illustres visiteurs de Venise : Mozart qui y séjourna et composa, Rossini, qui y créa Sémiramis, et illustra les Régates dans de charmantes compositions en dialecte vénitien.
S’y ajoute le répertoire de la grande cantatrice Maria Malibran, qui inspira à Alfred de Musset des Stances magnifiques, ainsi que son poème Lucie (même si la Malibran n’était pas blonde !). La plus grande diva romantique du XIXème siècle triompha à Venise au point qu’un théâtre y porte maintenant son nom. Chopin, quant à lui, estimait qu’elle était la plus grande cantatrice d’Europe.

Et enfin, les si nombreux compositeurs que Venise a inspiré : Verdi, Ponchielli, Liszt, Saint-Saëns

Lyrissa Toscanelli

Lyrissa Toscanelli se produit en récitals et concerts, et peut ainsi intervenir, en solo ou avec ses amis musiciens italiens et français, dans des évènements en châteaux, palais, festivals ou lieux privés.

Elle se produit souvent avec, au pianoforte, Alexis Dubroca, et en duo avec la cantatrice mezzo italienne Simona Caressa.

Si vous la contactez, par le biais de son site  elle répondra à vos souhaits avec grand plaisir.

Nous aurons peut-être le plaisir de vous la présenter au prochain Carnaval de Venise…

Lyrissa Toscanelli

Venezia votre nouveau forum, un mois déjà !

Voilà un mois que nous vous avons invités à nous rejoindre pour participer activement à une nouvelle aventure, le Forum Venezia,

« Le forum des vrais passionnés de Venise ».

Le but pour nous est d’y partager amicalement avec vous et de manière altruiste, informations, découvertes et bons plans à propos de la Sérénissime, et, à long terme de construire en commun ce qui pourrait être la plus formidable base de données et d’informations sur Venise et sa lagune.

Déjà 72 membres on rejoint le forum, mais … pourquoi pas vous ?

Le Forum Venezia, c’est un peu comme cet iceberg :

Les personnes qui ne sont pas inscrites au forum « les visiteurs » ne voient qu’une infime partie des informations auxquelles vous pourrez avoir accès, la partie émergé de l’iceberg qui cache la partie la plus importante.

Pourquoi tout n’est pas accessible à tout le monde ?

Simplement parce que dès le premier jour, une personne qui est propriétaire d’un site et d’un forum sur Venise, a fait, ce à quoi nous nous attendions.

Elle s’est inscrite sur le forum Venezia, à déposé un billet, copie conforme d’un billet posée par elle sur « son » forum, puis à crié partout à l’imposture, tout cela en mois d’une heure. Seule la véritable coupable pouvait être aussi rapide.

Dans la foulée, le même jour, elle a ouvert un « litige » auprès des administrateurs des forums actifs : « Sur son nouveau forum l’administrateur (Klod) autorise un autre administrateur (Dom Pietro di Castello) à reprendre un article dans sa totalité en s’en attribuant par omission la paternité.
Ce monsieur utilise déjà le même procédé sur son blog depuis des années en pillant la toile sans vergogne. Je pense qu’un petit rappel à la légalité du copyright ne lui ferait pas de mal dés le départ de son forum
« .

Heureusement, ces gens sont habitués aux dénonciations calomnieuses portées contre les forums en concurrence. Comme suite, ils nous ont donnés des conseils pour nous protéger de ces délateurs pervers. Tous les détails de cette sordide histoire sont dans le forum, avec même l’adresse IP de la coupable qui semble ignorer que l’on laisse des traces partout sur Internet où l’anonymat est proscrit.

Cette affirmation à propos du copyright est d’autant plus amusante, qu’en matière de copiés collés, la dame en question est bien plus forte que nous ; son site n’est construit que de copies sur d’autres sites, un exemple parmi tant d’autres :

Que contient le forum alors ?

Avant tout, contrairement à ce blog qui est le travail d’Olia et Klod uniquement, le forum est une œuvre collective, à l’image désormais célèbre de Wikipédia et se veut une base de données partagée, sur Venise et sa lagune. Le forum et son contenu deviendra ce que ses membres en feront en partageant leurs découvertes et leurs connaissances.

Il évolue constamment en fonction des désirs et de la volonté des membres qui l’animent. Il est voué à s’enrichir constamment.

Seul, un petit espace Entre nous (espace réservé aux membres) est consacré aux discussions, au papotages, aux Coups de cœur comme aux Coups de gueule et est enrichi de sortes de « salons de discussions » où des membres peuvent se retrouver en cercles restreints pour discuter de sujets qui les regroupent (littérature, cinéma, histoire ou civilisations, etc…)

Tout le reste du forum est un vaste espace d’échange d’informations.

Informations sur l’actualité de Venise : Les informations de Venise, toutes les informations en direct de la lagune, lues dans les quotidiens ou échangées sur le campo…

Informations culturelles aussi : les concerts, les expositions, les livres, le cinéma, Venise à la TV, etc…

Et puis toute la partie Histoire de Venise (dans deux grandes parties : Grande & Petite Histoire de Venise et Sérénissime éphéméride).

L’ensemble de ces rubriques peut (et doit !) être alimenté par chacun des membres, en fonction de sa connaissance de Venise et des découvertes réalisées lors de chacune de ses visites.

Comme nous l’avons dit, les « visiteurs » ne verront qu’une toute partie du forum, sans aucune image, les liens étant inactifs.

Les nouveaux inscrit peuvent voir les images, les liens actifs et quelques rubriques complémentaires, et surtout, ils peuvent écrire dans la partie réservée au membres pour SE PRÉSENTER.

C’est en effet le passage obligé pour avoir les clefs de l’ensemble du forum !

Quand vous entrez quelque part, il semble que, pour la majorité d’entre-vous, vous disiez « Bonjour ! » à celles et ceux qui sont déjà là. Sur le forum c’est pareil, pour votre premier message dites bonjour et un peu de ce qui vous amène dans le forum.

Cela vous ouvrira en grand toutes les portes du forum à l’exception des espaces réservés à certaines groupes et affinités, sauf si, en fonction de ce que vous avez raconté dans votre présentation, nous comprenons que vous avez une approche de la Sérénissime qui est particulière…

Nous avons organisé le forum avec des espaces plus spécialisés, pour les costumé-e-s, pour les photographes, pour les passionné-e-s de littérature, etc. les possibilités sont en réalité infinies.

Cela permet à celles et ceux qui partagent un aspect de Venise qui n’est pas forcément partagé par le plus grand nombre d’en discuter sans que cela ne provoque une gêne pour les autres. Mais ces espaces sont également accessibles à toutes et tous sur simple demande.

Un nouveau membre du forum, qui possède une grande connaissance de Venise, nous a rejoint « pour nous soutenir », mais avec certaines réserves :

« Je tenais à vous exprimer ma position face aux forums. Ils dépendent beaucoup de l’animateur et sont très vite le lieu de retrouvailles de plein de gens bizarres, souvent farfelus ou névrosés, qui trouvent dans ces espaces un média idéal pour exprimer leur mal-être, leurs rancœurs et leur hargne. Cela dégénère souvent et il s’y dit (lit) tout et n’importe quoi. J’ai arrêté depuis longtemps de m’y promener, d’y répondre à certaines questions voire de donner mon avis mon opinion ou des renseignements qui pourraient être utiles ».

Nous étions conscients de cela avant même de commencer. C’est même ce qui nous a empêché de commencer plus tôt.

Nous avons, heureusement, plusieurs armes pour protéger les membres actifs du forum contre les indélicats.

Première arme : Le bannissement préventif des adresses IP de malotrus connus. Toutes celles et ceux qui ont tenté d’écrire des commentaires insultants ou sans rapport sur notre blog y sont « fichés » comme indésirables (automatiquement). Nous avons donc indiqué sur le forum ces adresses IP qui ne peuvent désormais même pas accéder à la page principale vue par les « invités ».

Nous avons fait de même pour les adresse e-mail, bien que ce soit une arme moins efficace que l’adresse IP qui bloque un ordinateur.

Deuxième arme : L’obligation de se présenter. (voir plus haut)

Troisième arme : Notre super administrateur ! Nous sommes conscients que, en cas de confit, bien souvent nous risquions d’avoir des liens étroits avec chaque partie. Difficile donc, dans ce cas de rester distant. Pour contourner le problème, nous avons fait appel à une personne extérieure, véritable natif de Venise, authentique prêtre, et d’une immense culture que, nous l’espérons, il partagera avec nous. Pour ne rien vous cacher, nous l’avons rencontré dans la lagune de Marano, l’été dernier, et depuis il nous a conquis. Il a donc accepté le délicat travail de médiation et de décider des éventuelles sanctions si nécessaires. Pour cela, il disposera d’un arme qu’il connaît bien : le confessionnal.

Quatrième arme : Le confessionnal. En cas de soucis, les indélicat-e-s se retrouveront avec ce seul espace accessible, en tête à tête avec le padre. Tant que les choses ne seront pas claires, et les solutions trouvées, ils ne pourront plus partager avec, ni communiquer avec les autres membres du forum (et donc les importuner).

Cinquième arme : Le Canale d’Orfano. De triste mémoire, ce célèbre canal de la lagune jouit de la mauvaise réputation, d’avoir été le lieu des exécutions capitales organisées par les Inquisiteurs de la Sérénissime république de Venise. Ceux qui se retrouveront à « Nager entre deux eaux dans l’Orfano« , ne pourront plus communiquer sur le forum, ni avec les autres membres, ni créer un compte « clone » ou accéder depuis un « clone » déjà existant. Cette mesure peut s’assortir ou non d’une interdiction d’accès (provisoire ou définitive) ou d’un bannissement (désinscription du forum) qui est l’arme ultime.  Les personnes qui sont dans le Canal d’Orfano sont identifiables par tous les autres membres.

Autre « mesure de protection », la liste des membres du forum n’est visible ni des « invités » et autres « visiteurs », ni des indélicats dès le stade du « confessionnal ». Ceci pour éviter toute tentative de menaces sur des personnes qui appartiennent à plusieurs forums.

***

Ces mesures se sont révélées nécessaires, car, bien évidemment, les premiers venus sur le forum ont été les éléments nuisibles qui sévissent sur les autres. Ils ont vite été mis hors de nuire, et comme tout se raconte, leurs petits copains et copines savent désormais à quoi s’en tenir. Leur présence sur le forum ne nous cause aucun soucis tant qu’ils en respectent l’esprit et l’essence, et qu’ils restent courtois avec les autres membres.

Cela vous permet donc de venir, même si vous participez déjà à d’autres forums sur Venise, en toute sécurité. Votre connaissance de la ville lagunaire, permettra d’informer les autres, et si vous pensez n’en rien connaître, vous trouverez là la plus ample source d’informations à votre disposition…

***

Dans tous les cas, vous serez toutes et tous les bienvenu-e-s sur le Forum Venezia !

La Venise de Marie-Claire Houmeau

Née le premier mai 1955 Marie-Claire est une artiste peintre autodidacte qui peint depuis plus de 10 ans.

Début 2003 elle a décidé de se consacrer totalement a son art et de présenter ses œuvres au public. Voici une infime partie de ses peintures ou aquarelles…

… devinez !

Et oui, nous avons préférées celles qui montrent Venise, évidemment !

Ne manquez pas de visiter son site !

Le grand amour de Mark Pettit pour Venise

Né au Texas, Mark Pettit, dès son enfance, à montré son attirance pour le dessin et la peinture, et montré son goût et son désir de devenir un artiste.

Il a pu étudier à l’École des Beaux-Arts Schuler à Baltimore, Maryland, une école consacrée aux enseignements de Jacques Maroger, auteur de « Les Formules secrètes et Techniques des Maîtres Anciens » (1848) ou « A la Recherche ses Secrets ses Grands Peintres« 

Jacques Maroger (1884–1962) était un restaurateur du Louvre dont il devint directeur technique des laboratoires en 1930. Élève de Louis Anquetin, sous sa conduite il créa un vernis proche de celui utilisé par les Anciens Maîtres. Il dirigea, dans les années 30, une recherche au Musée du Louvre sur la technique des grands peintres.

Mark Pettit apprends donc les techniques enseignées par Maroger, semblables à celles utilisées par les maîtres flamands du XVIIème siècle. Cette minutieuse procédure consiste à fabriquer ses couleurs avec de l’huile noire et du mastic au vernis, additionnés à des pigments bruts broyés combinés avec d’utilisation de toile de lin apprêtée avec de la céruse. Mark Pettit estime que cet apprentissage a été inestimable pour sa capacité à restituer une luminosité rarement vue dans la peinture d’aujourd’hui.

Son sujet principal reste les paysages américains.

Mais Mark Pettit à visité à plusieurs reprises l’Italie et est tombé sous l’enchantement de Venise où il revient régulièrement. Pour notre plus grand plaisir, jugez-en par vous-même :

Mark Pettit vit actuellement à proximité des Rocheuses du Colorado. Ses peintures, rares et précieuses, sont recherchées par les collectionneurs.

An intense childhood interest in drawing and painting gave Mark Pettit an early start in the pursuit of becoming an artist, but there was little in his early efforts to suggest that he would attain his current level of success so early in his career.

By devoting his efforts to fine art, Pettit, a native of Texas, was able to study at the Schuler School of Fine Art in Baltimore, Maryland, a school devoted to the teachings of Jacques Maroger, author of « The Secret Formulas and Techniques of the Old Masters. » Maroger was a restorer at the Louvre and painting theoretician who developed a rich, luminous medium similar to that used by the 17th century Flemish Masters. This painstaking procedure consists of making black oil and mastic varnish, and grinding raw pigments combined with the use of linen canvas primed with white lead. Pettit feels this classic training has been invaluable to his ability to achieve a paint quality and luminosity rarely seen in today’s art.

ettit has visited Italy for extended periods of time, falling in love with the romantic landscape. Recently, he has started painting his beloved Venice. These rare and precious paintings are sought after by his collectors.

Mark Pettit currently lives in Colorado where he finds the Colorado Rockies.

Dix hivers à Venise

Hiver 1999. Première rencontre entre Camilla et Silvestro dans un vaporetto qui traverse la lagune Vénitienne.
Elle est réservée, il est effronté, mais l’alchimie opère. Il décide de la suivre dans les ruelles embrumées…
Ainsi débute une aventure de dix ans, qui les mènera de Venise à Moscou, durant laquelle Camilla et Silvestro vont s’aimer sans parvenir à se le dire.
Entre hésitation et rendez-vous manqués, leurs chemins se scelleront-ils enfin ?

10 Hivers à Venise offre une jolie aventure de 10 ans.

10 ans de jeu du chat et de la souris
10 ans de découvertes
10 ans pour laisser libre court aux émotions

L’histoire de Camilla et Silvestro ressemble à leur rencontre. Un soir d’hiver, ils sont les seuls passagers du dernier vaporetto  sur la lagune vénitienne. Chacun est encombré de bagages et d’un objet volumineux (un lampadaire pour elle, un étrange arbre sans feuilles mais auquel sont suspendues des boules rouges pour lui).

Elle l’observe à la dérobée. Il la taquine en imitant son air sérieux de lectrice concentrée. Elle sait où elle va. Lui non. Il descend au même arrêt qu’elle. Sous la pluie battante, dans ce quartier désert, il frappe à sa porte et demande à être hébergé pour la nuit. Un seul chauffage d’appoint, un seul lit. De mauvais gré, Camilla fait de la place à un Silvestro embarrassé. Présentations faites, on se serre la main et on s’endort chacun de son côté, pelotonné dans de gros pulls.

Pourquoi Venise ? Le réalisateur Valerio Mieli commente son choix de situer l’action de Dix hivers à Venise dans cette ville italienne : « Dix hivers à Venise est l’histoire de deux jeunes qui, n’arrivant pas à s’aimer tout de suite, doivent apprendre à le faire, tout en essayant de se frayer un chemin dans le monde des adultes. Pour raconter cette histoire d’amour, je voulais un romantisme qui soit à la fois vrai et féérique. C’est pour cela que j’ai décidé de situer mon film dans une ville poétique comme Venise, mais en montrant le visage plus quotidien des marchés, des bàcari et des vaporetti. Dans toutes les phases du projet, de l’écriture au travail avec les acteurs, jusqu’à la recherche des musiques, ma préoccupation principale a été de maintenir cet équilibre entre réalisme et légèreté. »

C’est donc une Venise loin des clichés que montre le film de Valerio Mieli, préférant à l’incontournable place Saint-Marc la ville qui vit au quotidien, ses marchés, ses petites tavernes d’étudiants fauchés, ses docks. L’hiver, son froid, ses brumes et son acqua alta  (les marées hautes exceptionnelles qui l’inondent) brouillent un peu plus les pistes. Demeure une atmosphère romantique, surannée et féerique. Les dialogues enlevés et les situations comiques contrastent avec bonheur avec la tendre mélancolie qui nimbe cette jolie romance.

Bref : Une Venise telle que nous l’aimons (avec en prime des images de Moscou telle qu’elle est)

10 Hivers à Venise

Le blog du Temps de l’Élégance

Fanny Temps d’Élégance vient de commencer un blog, depuis quelques mois…

Passionnée d’histoire de la mode, je vais essayer de vous faire découvrir un peu de mon monde, rempli de vieilles dentelles, de perles, de plis, de plumes et du froufrou de la soie…« 

A  suivre donc avec beaucoup d’intérêt !

Et à ajouter impérativement à vos favoris (nous, c’est déjà fait) : Temps d’Élégance

A propos de Fanny, qui est également la présidente du « Ministère des Modes« , cette association a quelques actualités, que nous vous rappelons :

- Trouville-sur-Mer (14) : Dernière semaine pour vous inscrire à la journée Belle Époque de Trouville organisée par les associations « Ballades Courtisanes » et « le Ministère des Modes ». Au programme (le tout en costumes allant de la toute fin du 19e à l’aube de la première guerre mondiale) : bain de mer, pique-nique, jeux de plages, danses, promenades, visite de l’exposition de costumes « Belle Époque » à la villa Montebello et dîner dans une brasserie du centre-ville. Pour vous inscrire, rende-vous sur le site du Ministère des Modes : http://ministeredesmodes.com/

Exposition « La mode aux bains de mer » à la villa Montebello jusqu’au 18 septembre. Vous pourrez y admirer les costumes d’époque de la Dame d’Atours (http://www.ladamedatours.com/ladamedatours.nsf), qui vient d’ailleurs de sortir son tout nouvel ouvrage « La femme sous le second empire » et que nous vous conseillons chaudement ! (vous pouvez vous le procurer directement auprès de la dame d’Atours, voir le site internet). Toutes les informations sur l’exposition : http://www.trouvillesurmer.org/

Kathia à changé d’adresse…

Comme nous à l’automne, Kathia, qui avait également son blog sur Space-Live a été contrainte de déménager. Elle est donc venue sur Word Press et a tenté de s’accoutumer à ce nouvel interface, ses contraintes (et ses avantages aussi).

Elle a donc créé « L’Atelier de Kathia »:

Un autre essais avec « Poudrée Masquée » première version :

Finalement, la sentence est tombée, et le divorce entre notre chère Kathia et Word Press fut irrémédiable.

« Le nom de l’adresse de ce blog et la configuration de Word Press ne me correspondant pas …  je vous invite à vous rende à cette nouvelle adresse
http://poudreemasquee.e-monsite.com/
Petit à petit les informations vont passer sur ce nouveau blog« 

Un bien joli début, avec un tissu imprimé comme fond et où notre jeune Poudrée Masquée nous annonce fièrement qu’il n’y a pas d’âge pour réaliser ses rêves.

C’est frais, l’organisation, rationnelle permet une future navigation qui nous semble agréable. Nous avons bien aimé l’agenda, très personnel, avec son « J’y serai », « Je n’irai pas » et « Je réfléchis encore ». Simplement, on l’aurait mis dans l’autre sens (les dates les plus proches en premier, si c’est possible ?).

Comme avec chaque nouvel outil, il nous faut attendre que Kathia se familiarise avec, et nous ne doutons pas que, dans quelques semaines, ce sera l’un des sites à visiter de façon régulière. Mettez-le donc déjà dans vos favoris !

‘ Paraît qu’à Venise…

Un nouveau blog sur Venise vient de faire son apparition.  « Encore une autres ! » direz-vous… oui, mais ce blog, si nous vous en parlons dans ce « coup de projecteur », c’est qu’il n’est pas vraiment comme les autres. Créé par un gamin insolent, lyonnais de surcroît, ce blog ne vous présente pas les derniers itinéraires secrets dans des palais où vous ne pourrez jamais entrer.

En fait, c’est avec un brin d’impertinence, beaucoup de malice et énormément d’humour que J@M (pour les intimes) nous propose des photos (et des légendes) qui nous montrent la Sérénissime sous un regard différent. Le regard de cet éternel gamin, un peu chenapan qui mettra sans cesse le doigt sur « La » chose qu’il ne fallait pas voir, dire ou faire à Venise… allez vite voir, il ‘Parait qu’à Venise…

Y' paraît qu'à Venise, le doge aime le boudin blanc...

Carnevale di Venezia Off : Les défilés sur la Piazza San Marco

Le 2 janvier, nous avons invité les costumés du monde entier présents à Venise à se joindre à nous pour 3 cortèges sur la Piazza san Marco, en dehors de la programmation officielle du Carnavale di Venezia qui ne pense plus aux costumés venus faire le spectacle.

Bien entendu, nous avons informé de notre projet Davide Rampiello, directeur artistique du carnaval 2011, la société Venice Events et la municipalité de Venise.

Peu de temps avant notre départ, nous avons reçu cette réponse :

« Dear Claude Barrère,
Thank you for the proposal you sent us.
Unfortunately, we can not host your performance in the program of Carnival’ s activities for this edition.

Kind regards,
staff del Carnevale 2011

Venezia Marketing & Eventi S.p.a.« 
Suivie, le lendemain, d’un courrier de l’Administration de la cité de Venise, nous informant que toute manifestation qui n’était pas inclue dans le programme officiel n’était pas autorisée. Ce à quoi nous avons répondu par la Constitution Européenne qui stipule le libre droit de circulation, et que toute entrave à cette liberté serait l’objet d’une procédure devant la Cour Européenne. De fait, nous avons pu faire nos trois défilés sans aucune contrainte que ce soit, dans l’indifférence quasi générale des officiels.

Le premier mardi, au moment même où notre défilé à commencé, le podium s’est réveillé comme par enchantement, pour organiser un défilé devant le grand théâtre, pour des spectateurs payants. Nous n’avons pas détourné ni notre regard ni notre chemin, et ce sont les spectateurs qui ont abandonné la scène où se produisaient 4 pauvres hères, pour venir nous admirer.

Chacun de nos cortèges eut un franc succès auprès du public, tout s’est passé à merveille. les touristes étaient très contents de voir ainsi, en un seul lieux, au même moment, près d’une centaine de costumé-e-s à chaque fois.  Le passage à été plus facile à ouvrir que nous l’avions imaginé, et ce malgré l’absence remarqué de tout carabinier ou agent municipal qui nous ont laissé nous débrouiller par nos propres moyens.  Mais quand on donne du rêve et du bonheur aux gens, il n’est pas de police à faire.

Admirés, applaudis, photographiés, les costumé-e-s ont été ravis par ce petit intermède dans le Carnaval qui leur a permis, également de bouger un peu et de sortir des fatigantes séances de poses trop statiques.

Nous comprennons que, pour nos ami-e-s photographes, ce n’était pas forcément le lieu pour des photos d’une qualité artistique intense. Mais nous remercions celles et ceux qui ont joué le jeu de nous laisser gravés pour l’Éternité des souvenirs de ces moments forts en émotion. Ce n’est tout de même pas tous les jours qu’on traverse ainsi en cortège la Piazza San Marco !

Un jour, nous avons décidé, avec Olga et Svetlana, de fermer un des cortèges. partis donc les derniers, arrivés au but, nous étions au milieu du cortège car beaucoup d’autres costumés se sont joint à nous, tant avant nous que derrière. Nous partîmes 500 et en arrivant au port des gondoles nous étions…

Le dernier cortège, du Mardi Gras 8 mars 2011 est parti de San Zacharia pour se terminer juste devant la basilique San Marco entre les pilums de bronze où l’on vendait les esclaves autrefois. Cette année, point de vente de ce genre, mais l’offrande ultime de la beauté et du savoir faire (et du savoir être) des costumés venus du monde entier, aux visiteurs du Carnaval de Venise 2011..

Bref, tout s’est merveilleusement bien déroulé, au delà même de ce que nous espérions. Le public était enchanté, nous avons croulé sous les applaudissements, (aplausi), nous avons été mitraillés par les appareils photos. Les costumés ont aussi apprécié ces moments de partage, et les photographes ont ensuite réussi, grâce à ce regroupement dense de costumés en un même lieu, à trouver des modèles pour des photos plus jolies dès le cortège dispersé.

On nous a demandé de recommencer l’an prochain. Nous informerons Venice Event que la demande existe sur San Marco. Pour notre part, nous avons d’autres idées en tête, comme par exemple un cortège sur les Zaterre, toujours baignées de soleil, ce qui permettrait aux photographes de réaliser, également de jolis clichés… et puis, avec nos ami-e-s de Venessia, nous avons envie de créer des évènements pour et avec les vénitiens.

Vos idées sont les bienvenues, et nous sommes prêts à aider et soutenir tous vos projets pour le Carnavale di Veniesia 2012.

Nous avons ajouté de nombreux liens dans notre article :  Toutes les photos et vidéos du Carnaval de Venise 2011 !

Previous Older Entries

Tous les articles des derniers mois…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 556 autres abonnés