Carnaval de Venise

En 1004 le carnaval était déjà mentionné dans une charte du doge Vital Faliero de Doni, et en 1269 le Sénat prescrivait qu’on eût à considérer la veille du Carême comme un jour de fête (Mardi Gras).

Carnaval

On pouvait alors porter le masque, grâce auquel on retrouvera plus tard une ombre de l’égalité perdue au cours du temps, quand, sous des vêtements d’emprunt, les nobles fraternisaient encore avec le peuple.

Quant à celles jugées moins séduisantes, elles recevaient des œufs … pourris. En 1268, un décret interdit aux hommes masqués de s’adonner à ce jeu.

Au XVI siècle , contrôlé par les autorités, le carnaval officialisa certaines coutumes, comme le port du masque, les divertissements sur les petites places.

Beaucoup de jeux particulièrement cruels, et heureusement disparus, se déroulaient alors au détriment d’animaux.

- On s’adonnait au jeu de l’oie.

Pendue au-dessus d’un canal gelé, une oie devait être décrochée, quel qu’en soit la manière.

- Le jeu du chat

On attachait un chat vivant à un poteau vertical et le jeu consistait à se précipiter, la tête la première contre le pauvre chat, pour l’écraser.

- Les courses de taureaux.

On lâchait des taureaux dans des lieux clos, où les chiens venaient les mordre.

– Ou encore, le jeu des échasses

Des personnages masqués, juchés sur des échasses, arpentaient à toute vitesse les ruelles et traversaient les canaux.

Pas besoin d’un service d’ordre, ou de forces de sécurité : tout ce grand mouvement passait, et s’écoulait paisible et joyeux à travers les calli, comme une véritable fête de famille.

Le carnaval de Venise par François Flameng

Pour éviter le ressentiment populaire, une loi interdisait aux riches vénitiennes de porter leurs bijoux en public, sauf pendant les fêtes officielles et durant les derniers jours du carnaval ! Le carnaval leur permettait enfin de satisfaire toutes leurs coquetteries.

Au milieu de la multitude animée, mobile, joyeuse, parmi la lueur des torches et le bruit des trompettes, circulaient des masques aux mille déguisements étincelants d’or et de pierreries, et des matrones aux robes précieuses dont la queue immense était soutenue par des servantes.

Au milieu de cette fermentation le peuple était plutôt bon et pacifique.

Inspiré par la Commedia dell’arte, on retrouve les célèbres Arlequin et Pantalon, Polichinelle, Brighella, Colombine, Scaramouche et tant d’autres se rencontraient, s’apostrophaient et faisaient leur comédie sur la place

Le déguisement traditionnel est la « bauta » (un masque blanc, prononcez la Baouta,) comprenant le « tabarro » (une longue cape noire, la « larva » et le tricorne, ou encore le masque d’Arlequin (son habit est coloré à losanges : au XVIe siècle, loin d’être élégant, l’habit était simplement rapiécé pour figurer les haillons d’un mendiant).

La « moretta » est un masque porté par les femmes, ovale, de velours noir complété de voilette et avec un petit chapeau à larges bords. Le « domino »  un manteau long, avec une capuche qui couvre le visage.

carnaval de Venise

 

***

Carnaval


(…)Venise pour le bal s’habille.
De paillettes tout étoilé,
Scintille, fourmille et babille
Le carnaval bariolé.

Arlequin, nègre par son masque,
Serpent par ses mille couleurs,
Rosse d’une note fantasque
Cassandre son souffre-douleurs.

Battant de l’aile avec sa manche,
Comme un pingouin sur un écueil,
Le blanc Pierrot, par une blanche,
Passe la tête et cligne l’œil.

Le Docteur bolonais rabâche
Avec la basse aux sons traînés ;
Polichinelle, qui se fâche,
Se trouve une croche pour nez.

Heurtant Trivelin qui se mouche
Avec un trille extravagant,
À Colombine Scaramouche
Rend son éventail ou son gant.

Sur une cadence se glisse
Un domino, ne laissant voir
Qu’un malin regard en coulisse
Aux paupières de satin noir.

Ah ! fine barbe de dentelle,
Que fait voler un souffle pur,
Cet arpège m’a dit : « C’est elle ! »
Malgré tes réseaux, j’en suis sûr,

Et j’ai reconnu, rose et fraîche,
Sous l’affreux profil de carton,
Sa lèvre au fin duvet de pêche
Et la mouche de son menton.(…)

Théophile Gautier   

Émaux et Camées  Variations sur le Carnaval de Venise

La Ballerine et le Stoïque Soldat de Plomb

Conte d'Andersen- Le petit soldat de plomb

Le Vaillant Soldat de plomb, conte célèbre d’Andersen, a toujours connu des adaptations. L’histoire du petit tirailleur unijambiste qui tombe amoureux de la ballerine est très connue : écarté, il manque de se noyer, puis revient et finit par s’unir à la belle en un cœur fondu dans la poêle fumante.

Amour, gloire et beauté poignante composent les éléments de ce conte.

La Ballerine et le Stoïque Soldat de Plomb

Un petit garçon reçut une boîte de 25 soldats de plomb. L’un d’entre eux était un peu différent des autres car il n’avait qu’une seule jambe. Les soldats furent rangés sur une table, où il y avait beaucoup d’autres jouets. Le soldat de plomb qui n’avait qu’une jambe remarqua parmi eux une danseuse, qui se tenait gracieusement sur une seule jambe, et la croyant comme lui, il pensa que ce jouet lui ferait une femme merveilleuse. Le soir, quand les gens de la maison furent couchés, tous les jouets se mirent à faire la fête. Le soldat de plomb restait immobile et fixait des yeux la danseuse. Minuit sonna alors et un diable en boîte s’ouvrit, qui se mit à avertir le soldat de plomb de ne pas la regarder. Mais le soldat continua à regarder la danseuse.

Le lendemain, alors qu’on l’avait posé sur la fenêtre, le soldat de plomb fut enlevé par le diable en boîte et tomba la tête la première du troisième étage. L’enfant et sa bonne le cherchèrent, mais sans succès. Ce furent deux autres garçons qui le trouvèrent ensuite et qui décidèrent de le faire voguer dans le caniveau, sur un bateau en papier. Que va faire le petit soldat? Le soldat de plomb navigua le long du trottoir puis tomba dans les égouts. Après avoir croisé un rat en fureur, n’ayant pas la permission de voguer sur son territoire, il déboucha sur un ruisseau, où il fut avalé par un gros poisson. Le poisson fut pêché, acheté au marché, amené dans une cuisine et coupé. On retrouva le soldat de plomb et le plaça sur une table.

Celui-ci se rendit compte qu’il était arrivé dans la même salle qu’auparavant, dans la maison de l’enfant. Il vit alors la danseuse et fut ému. Mais un petit garçon prit le soldat et le jeta dans le poêle (sûrement sous l’influence du diable en boîte). Le soldat de plomb fut brûlé. Quelqu’un ouvrit une porte et la danseuse tomba, dans la poêle aussi, avec le soldat de plomb. Ils fondirent ensemble. À la place du soldat de plomb, il ne restait qu’un cœur de plomb et à la place de la danseuse, une paillette.

 

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plomb

Le Stoïque Soldat de plombLe Stoïque Soldat de plomb

Carnaval de Venise

Reportage sur les six jours du carnaval de Venise…

… celui de la renaissance, en 1980 !

Groupe de mimes faisant le spectacle dans les rues puis sur la place San Marco, défilé des fanfares du carnaval en costumes d’époque, danses folkloriques sur podium dressé au milieu de la place, toro de fuego, gens déguisés dansant dans les rues, gondoles sur le grand canal, coucher ou lever de soleil sur la lagune.

Telle est la présentation du reportage de Claude Brovelli qui était passé sur TF1, le mardi 19 février 1980, pendant le journal de 13 Heures, présenté par Yves Mourousi.

Le carnaval de Venise a complètement disparu pendant le XXème siècle, de la période fasciste jusqu’en 1980.

Complètement disparu?

Non. Pas tout à fait. Il a subsisté dans la mémoire collective, et plus particulièrement dans la mémoire des Vénitiens. Il a repris vie à l’occasion de la mise en place d’une biennale de théâtre, au début des années 1980. Cette biennale se déroulait à l’intérieur, et voulait se calquer sur la biennale du festival d’art moderne, internationalement connu. À ce moment-là, des petits groupes d’amateurs, et de commedia dell’arte ont profité de l’occasion pour sortir et faire du théâtre de rue. Ce fut l’étincelle et en quelques années, il y a eu une flambée d’enthousiasme chez les Vénitiens. La résurrection du carnaval de Venise a été spontanée, ce n’est pas du tout une fabrication de l’office du tourisme.

Mais, en dépit des apparences communes, que de différences entre le carnaval du XVIème dispositif-clé dans une vie institutionnelle vénitienne alors à l’équilibre, le carnaval démesuré de six mois de la fin du XVIIIème qui tente de conjurer l’angoisse du déclin et le projet d’abord touristique et culturel d’aujourd’hui !

Mais ne boudons pas notre plaisir. C’est un prodige de plus de la Miraculissime que d’avoir pu réveiller son carnaval en 1980.

Et faisons amende honorable. Si le carnaval est maintenant dissocié des libertés politiques de Venise, c’est que Bonaparte, en 1797, a aboli la Sérénissime. Il a brûlé les ornements du Bucentaure, la magnifique galère-emblème du doge, récupéré l’or et transformé la coque en canonnière. A ce propos, un convoi exceptionnel porteur de bois de grume est parti ce printemps de Dordogne pour rejoindre l’Arsenal de Venise où va commencer la reconstruction de ce bateau légendaire. Juste retour des choses comme des femmes et des hommes à Venise en cette période.

La forteresse des dames

Le Carnaval de Venise a toujours été une fête animée par des évènements marquants, bruyants et démonstratifs.

Le Triomphe de Pan - Nicola Poussin

 

En 1214, le Carnaval à Venise à été célébré avec une sorte de simulacre de bataille dans lequel douze noble dames ont tenu une forteresse qui a été attaquée par des assaillants jetant des fleurs et des épices.

Cette célébration se voulait peut-être une parodie de la guerre qui opposait la ville à sa voisine Padoue.

C’est arrivé à l’occasion des fêtes 1214, alors que la ville de Trévise avait interdit une fête à laquelle devaient participer les villes de toute la Vénétie. Alors, les vénitiens ont décidé de réaliser ces fêtes chez eux. Entre autre, un jeu était appelé "Castel d’Amore" : c’était un château en bois, recouvert d’étoffes précieuses, et, en haut des "murs", avaient pris place les plus belles jeunes femmes mariées et des jeunes filles.

Toutes richement vêtues et couvertes de bijoux, ces dames devaient défendre le château de l’assaut des groupes de jeunes gens organisés autour de la bannière de leurs villes. Les armes de jeunes femmes étaient : des roses, des œillets, des dates, des noix et d’autres fruits. La bataille était animée par la musique, et les cris enthousiastes des spectateurs qui admiraient la bataille.

La fête était belle jusqu’à ce que les jeunes de Padoue fassent dégénérer la fête en envahissant le château et tentèrent de faire violence aux jeunes femmes et déchirèrent le gonfalone de San-Marco. Il s’ensuivit une bagarre générale et l’on commença rapidement à distribuer les armes.

A cette occasion, les padouans furent aidés par les chioggottes, mais une inondation imprévue aida les vénitiens et noya près d’une centaine de belligérants.

La paix fut rétablie le 9 avril 1216, et Venise exigea que lui soient livrés les 25 jeunes les plus frénétiques qui étaient à l’origine des émeutes.

Illustration de Giuseppe Gatteri : il momento dell’assalto dei giovani alle donzelle rinchiuse nel Castello d’Amore.

Giuseppe Gatteri : il momento dell’assalto dei giovani alle donzelle rinchiuse nel Castello d’Amore.

L’Homme Sauvage

Non, nous n’allons pas vous parler d’un de ces organisateurs de Carnavals modernes qui réécrivent l’histoire de Venise comme cela les arrangent, mais d’une tradition perdue du Carnaval de Venise telle qu’on la vivait pendant les festivités en masque dans la Sérénissime République.

Le Bal des Ardents

L’Uomo selvaggio, ou Uomo selvatico est apparu très tôt, au siècle du retour à la nature et du mythe du bon sauvage. A l’ombre de la civilisation des lumières, la proposition, à nouveau, d’un personnage qui a une longue histoire, n’est pas dénuée de sens.

On retrouve ce mythe de façon assez suivie et soutenue dans la littérature italienne, un homme a demi bestial, poilu, armé de bâtons noueux, habillé avec des peaux d’animaux, et avec un comportement à mi-chemin entre l’ingéniosité et l’hostilité. Son caractère primitif en fait un personnage ambigu, à la fois grotesque et à la fois attachant.

Scène du Carnaval à Venise

Par contraste, il est décrit souvent comme aimant les douces harmonies musicales dont la nature, théoriquement, devrait l’avoir exclu, sauf à apprécier le chant des oiseaux comme une musique céleste. Ce qui le caractérise également à travers les nombreuses versions de sa légende c’est le savoir qu’il transmet aux hommes bienveillants : il leur apprend à faire cailler le lait, à fabriquer du fromage ou du beurre, ainsi qu’à extraire le charbon du bois et les minéraux du sol. Il détient aussi le savoir de la fabrication du fer. Il est reconnu aussi pour son habileté à faire pâturer les troupeaux, soigner le bétail. Il sait reconnaître les plantes médicinales.

De nombreuses histoires parlent de cet homme sauvage dont le nom apparaît sous différents dialectes : Om salvarek (Emilie-Romagne), l’ommo sarvadzo (Val d’Aoste), il salvanel (Trentin-Haut-Adige), il salvan (Dolomites), il sarvanot (Piémont), il salvanco (Toscane).

Nous retrouvons l’Homme Sauvage protagoniste de nombreuses fables. Dans la seconde nouvelle de la quatrième journée du Décaméron (1349-1353), qu’une allusion à la fête des Marie permet de situer en carnaval, Boccace met lui aussi en scène un masque d’homme sauvage (uomo selvatico) à l’occasion d’une chasse qu’organise place Saint-Marc le frère Alberto déguisé en Ange Gabriel. L’unique conte du Décaméron de Giovanni Boccaccio (en français Jean Boccace) dont le cadre est vénitien, ainsi que certains documents sur le jeudi gras, sont autant de représentations entièrement centrées sur ce personnage étrange.

Pietro Bertelli : Musique jouée par des masques au Carnaval de Venise - 1642

Nous avons retrouvé la gravure ci-dessus de Pietro Bertelli : Musique jouée par des masques au Carnaval de Venise – 1642.

Une ancienne représentation de 1208, conservée au Fra della Valle, à Padoue, le Magnus ludus de quodam homine selvatico est sans doute le plus vieux témoignage, dans la Vénétie, de cette tradition carnavalesque.

Cet homme sauvage, on le retrouve par la suite dans presque tous les personnages de la commedia del arte, ne serait-ce que dans l’aspect farouche de leurs masques. On retrouve les traits de l’homme sauvage dans le mélange de violence et de naïveté, de la méchanceté et de l’insouciance qui ont fait au cours des années de grand succès du personnage d’Arlequin.

Depuis la nuit des temps, donc, le Carnaval de Venise à été une fête bruyante et démonstrative, où l’on jouait de la musique, où l’on se déguisait, parfois de manière fort vulgaire, et où l’on chantait, buvait, mangeait, avec force de cris et de rires.

Le Carnaval n’a jamais été à Venise une défilé muet d’ombres fantomatiques escortés par des nervis cachés sous des baute et qui errent dans le rues comme s’ils allaient à la mort, sous les quolibets d’une foule avide de fureur et de sang. Cette mode n’est qu’une légende urbaine inventée à la fin du siècle dernier, dans les années 1990, pour favoriser on ne sait trop quoi, on ne sait trop qui, au détriment de la fête et de la réalité historique.

Mais vis à vis de ces gens qui détournent l’histoire pour s’enrichir au dépends des autres, nous garderons un des traits de caractère de l’Uomo selvaggio : pacifique, il se détourne des moqueries et dénégations de certains en leur laissant leur ignorance pour punition.

us1

Sources bibliographiques :

F. Neri, La maschera del selvaggio, Giornale Storico della Letteratura Italiana, vol. LIX, 1912, p. 47-68.
G. Boccace, Decameron, éd. Vittore Branca, Giornata IV, novella 2, Turin, Einaudi, 1980, vol. 1, p. 501
G. Bertrand, Histoire du carnaval de Venise : XIe-XXe siècle, Ed. Pygmalion, 2013

Les véritables masques du Carnaval

Les masques que nous connaissons de nos jours, n’ont, en réalité plus grand chose à voir avec les masques qui étaient portés à Venise jusqu’au XVIIIème siècle, et sont complètement déconnectés de la réalité de ce qu’était alors le Carnaval.

La légende urbaine contemporaine voudrait nous faire croire à un carnaval triste, quasi monacal, où l’on n’entends aucun bruit. Un silence pesant comme dans un cimetière avant l’orage, qui n’a rien à voir avec la foule, le bruit et l’agitation qui transformait Venise pendant la longue période carnavalesque.

La légende urbaine contemporaine voudrait nous faire croire que le masque "plein" est le seul masque historique du Carnaval… alors qu’il n’est qu’une invention du siècle dernier, quand, dans les années 1980, un entrepreneur passionné par l’histoire du costume de son pays, Monsieur Zara, décida de relancer le Carnaval de Venise, disparu totalement à l’époque fasciste, et le port du masque. Or, les masques traditionnels, et leurs fabricants avaient pour ainsi dire totalement disparus.  On inventa de nouvelle formes, plus "modernes", pour plaire aux touristes. Par la suite, au début du XXIème siècle, certains se sont accaparés de cette modernité touristique pour en faire l’unique standard, prétextant la réalité historique. Il s’agit d’une affabulation, d’une méprise, à moins que ce soit un mépris de la réalité historique, bien pratique pour cacher quelque chose…

L’explication de cette réalité historique "revisitée", peut s’expliquer par la sociologie de la population qui a fréquenté le Carnaval de Venise durant les dernières décennies du XXème siècle : artistes, classes moyennes, retraités et bobos se partageaient la rue avec les minorités agissantes. Dans le siècle spirituel, selon Malraux, il fallait donc cacher "sa différence" au lieu de l’exacerber et d’en tirer parti comme au Grand Siècle.

Carnaval

Le masque le plus connu, et qui a réussi à traverser les siècles, et la bauta dont la mémoire se perd à propos de l’époque de son apparition. Son nom dériverait d’une grimace de peur que font les enfants quand ils voient ce masque.

Il était porté aussi bien par les hommes que par les femme, et permettait de manger, boire, parler : autant de choses essentielles pour conclure la principale activité du Carnaval : séduire des personnes de l’autre sexe (ou supposé tel) et obtenir des faveurs charnelles sans lendemain. C’était également le masque qui nivelait toutes les inégalités.

_bauta

Par extension, la bauta définit aussi l’ensemble du costumes traditionnel du Carnaval Vénitien : volto, tricorne, tabaro et zendale.

Bauta

L’ovale de velours noir appelé moretta était exclusivement féminin. Ce masque était apprécié autant par les femmes de naissances aristocratiques que par celles de conditions modestes. Sa couleur noire exaltait le blond vénitien de leur chevelure. Il était particulièrement apprécié des hommes, et c’est dans un écrit de Giuseppe Boerio (Lendinara, 1754 – Venezia, 25 fevrier 1832) que nous en trouvons la raison :

"La moretta est attachée à la figure en tenant en bouche un petit bouton qui se trouve à l’endroit où devrait être la bouche".

_moretta

Un masque qui forçait donc celle qui le portait à ne pas parler, et à accepter toutes les situations qu’elle risquait de rencontrer. Hélas, les rares exemplaires modernes sont munis de rubans pour lacer le masque derrière la tête, et ont donc perdu le principal attrait de cet objet pour le moins insolite.

Nous en convenons, il existait bien un masque, un seul, qui obligeait au silence, mais il ne couvrait pas le visage et était porté exclusivement par la gent féminine.

Moretta

Le carnaval offrait l’occasion, également, de révéler sa propre nature, d’habitude refoulée pendant le reste de l’année. Les nombreux jeunes signalés aux inquisiteurs pour leur homosexualité en profitaient avec excès. Il y avait également des gais lurons qui prenaient plaisir à se travestir en femme pour l’amusement. Les gnaghe vénitiennes étaient précisément un mélange des uns et des autres, avec quelques touches de vulgarité en plus.

Les gnaghe s’accompagnaient d’amis vêtus comme des tate (terme de dialecte désignant des nouveaux nés) parcouraient la ville en importunant les passants, faisant des plaisanteries vulgaires et triviales.

Il existe, dans le langage vénitien, une expression "aver una ose de gnaga" qui indique une personne avec une voix d’efféminé, de corneille ou de poule.

gnaga

La maschera in domino constituait une variante élégante à la bauta vénitienne, déguisement typique du Carnaval de Venise. Ce sont les français qui, dans la seconde moitié du XVIème siècle donneront ce nom au capuchon les moines capucins, qui devint, à cette époque, par un caprice de la mode, un vêtement très commun et prisé pour le Carnaval.

La larva, ou volto, était l’équivalent de la bauta, mais de couleur noire, le plus souvent en cuir. Sa forme qui dégage la bouche permettait de manger, boire, parler, embrasser et …

Larva

Pendant le Carnaval, les personnages de la Comedia dell Arte étaient à l’honneur, le plus souvent, leurs masques étaient en cuir, plus rarement en papier mâché. Ils permettaient également de s’exprimer, bien entendu, puisque la pantomime faisait partie de leurs jeux.

Nous y reviendrons dans un prochain article.

pantalone

Même les gracieuse Colombine avaient un masque proche de nos loups modernes, qui permettait de parler, manger, boire, qui étaient les occupations essentielles en période de Carnaval à Venise… et bien sur de séduire, et embrasser, puisque les activités amoureuses (ou plus) atteignaient leur paroxysme en cette période.

colombina

Seul le medico de la peste a traversé les siècles sans grands changements, mais, contrairement à ce que l’on pense de nos jours, ce n’était guère un masque prisé pendant le Carnaval. Les horreurs de l’épidémie, récurrente dans cette cité liée au trafic maritime, n’étaient pas propices à l’amusement. Ce n’est que très récemment que ce lugubre personnage inventé au XVIème siècle par le médecin français Charles de Lorme, devint un déguisement carnavalesque.

medico_peste

Comme on le voit par les formes et l’usage des masques traditionnels, qui ont été utilisés pendant toute l’histoire du Carnaval à Venise, nous sommes loin de l’image austère, triste et muette des mascherati contemporains qui prennent la pose en silence, comme autant de statues ou de mannequins dans une vitrine,  devant les touristes-photographes venus au spectacle graphique, mais oubliant les fastes et le côté insouciant et juvénile du Carnaval Vénitien.

Spiriti Folletti

Le traditionnel zendale vénitien, une mantille courte ou un foulard, parfois noué à la taille et que les femmes mettaient sur la tête pour sortir dans les calli, était utilisé, pendant la période de Carnaval, pour créer un curieux déguisement : les spririti folletti (ou esprits follets).

Le zendale est un un voile long porté sur la tête,  croisant sur la poitrine comme une écharpe et dont les pans sont noués dans le dos.

Zendale

Les plus pauvres parmi les femmes du peuple, qui ne possédaient même pas de zendale, utilisaient à la place un ninzioletto, un foulard normal pour la tête.  On nouait le foulard autour du cou afin d’obtenir deux petites cornes au dessus de la tête, embellies de rubans de jolies couleurs.

Elle étaient ainsi transformées ainsi en petit diables, tels qu’on en croisait alors souvent… dans les comtes de fées. C’était un déguisement typique des femmes vénitiennes de basse extraction. Mais ce n’est pas pour autant qu’il n’exerçait pas tout son charme.

Les femmes, ainsi déguisées, couraient au milieu des calle de la Sérénissime, alors pleine d’une foule compacte, en émettant des cris perçants pour effrayer les passants.

Le zenda pouvait être blanc ou noir souvent orné d’élégante dentelle ou de gaze transparente qui couvrait et découvrait avec coquetterie les visages féminins. Les femmes mariées le portaient de couleur blanche et il était appelé fazzuol.

Un divertissement simple et innocent, comme son origine populaire, mais qui montre combien le Carnaval de Venise était une fête populaire, joyeuse, mouvementée et très bruyante.

Dans le carnaval vénitien tout était permis et de nombreuses femmes nobles avaient pour habitude de porter ce déguisement.
D’anciennes chroniques nous rapportent un événement survenu en l’an 1782, quand la future impératrice Maria de Russie en voyage de noces avec son mari Pavel 1er se déguisa avec le zenda, se noya dans la foule de la Place Saint Marc se laissant emporter par les joies du carnaval.

C’est pourquoi l’on peut s’interroger sur ce qui motive certains, dans des Carnavals en France, à imposer une règle quasi monacale de silence et de  tristesse absolue, derrière des masques dont le sourire, voire le rire, sont absents. Cette sépulcrale habitude, prise par certains costumé-e-s français, et même imposée dans certaine ville, est en réalité totalement absurde et contraire à l’esprit du Carnaval tel qu’on le pratiquait à Venise durant des siècles, et donc, tout carnaval silencieux est tout sauf vénitien.

Zendale vénitien

Mardi Gras et fin du Carnaval de Venise

Carnaval de Venise 2014

Ce soir exceptionnellement, la Scuola Grande San Rocco restera ouverte jusqu’à 20:00 heures (cliquez ici).

Il sera également possible de visiter le Piccolo Museo Antonio Vivaldi, à l’Istituto Santa Maria della Pietà, et de découvrir par la même occasion le cheminement secret des chanteuses.

Le Petit Musée "Antonio Vivaldi" a été ouvert au public en 2004 et retrace l’histoire de la Pietà d’après les anciens documents des Archives historiques, qui permettent de suivre la vie quotidienne de l’Institut. il présente également une collection d’instruments de musique baroque utilisé par les filles du chœur au cours des leçons de musique. La collection est un exemple rare d’instruments baroques de l’ancienne chorale.
Le musée ne se visite d’ordinaire que sur réservation et est généralement associée à la visite de l’église de Sainte-Marie de la Visitation et son chœur, et les lieux où les filles exerçaient leur musique.

Pieta

Pour de plus amples informations : Ufficio cultura: 041 5222171 041 5237395 interno 201 cultura@pietavenezia.org

Carneval de Casteo 2014

Castello fera son Carnaval via Garibaldi : I Carnevale di Casteo

A partir de 17:00 heures, Frittelle, galani e un’Ombra de vin offert par la société de secours, società di Mutuo Soccorso fra Carpentieri e Calafati.

Et de 17:00 à 23:00 heures, une journée et soirée dédiée au rap et au hip-hop vénitien avec Brain Smoker Click, 041, Rockit & Gugly, Dj Gringo, Dj Booster. Performances en public, gratuites… cette bataille du rap est organisée par le Circolo Ricreativo Culturale 3 Agosto.

 

programma culturale

Mardi 4 mars

6:35 h Rendez-vous costumé sur le mole de San Marco pour le lever du soleil à 6:46 h
10:00 h Colori e fantasia di frutta al cioccolato, campo San Giacomo dell’Orio
10:00 h La casina dei biscotti, dans les jardins de la Biennale
11:00 h Patinage sur glace – tous les jours du 7 décembre au 4 mars, campo San Polo
11:00 h Patinage sur glace – tous les jours du 7 décembre au 4 mars, piazza Ferretto, Mestre
11:00 h Théâtre itinérant "I segreti di Venezia", départ de la piazza San Marco(org. Oltrex – 29,00 €uros)
11:00 h Visite guidée du Piccolo Museo Antonio Vivaldi, Istituto Santa Maria della Pietà (3,00 €uros)
11:00 h Concours de la Maschera più bella, piazza San Marco
11:30 h Visite de la Basilique San Marco rdv entrée du Musée Correr (org. Venice Events – 19,00 €uros)
12:15 h Le magnifique Palais des Doges et les secrets de sa prison, rdv entre les deux colonnes de San Marco (org. Venice Events – 32,00 €uros)
13:00 h Concours de la Maschera più bella, piazza San Marco
14:00 h Rencontre costumée sur le campo San Zaccharia
14:30 h Visite guidée de Venise et tour en gondole, rdv entrée du Musée Correr (org. Venice Events – 40,00 €uros)
14:30 h Théâtre itinérant "I segreti di Venezia", départ de la piazza San Marco(org. Oltrex – 29,00 €uros)
15:00 h Carnival Photography Tour, rdv entrée du Musée Correr (org. Venice Events – 65,00 €uros)
15:00 h Visite guidée du Piccolo Museo Antonio Vivaldi, Istituto Santa Maria della Pietà (3,00 €uros)
15:00 h Concours de la Maschera più bella, piazza San Marco
15:30 h Grand Canal de Venise Excursion en bateau, rdv Office de changes – Riva degli Schiavoni (org. Venice Events – 43,00 €uros)
16:00 h Rendez-vous costumé sur l’isola di San Giorgio pour le coucher du soleil à 17:59 h
16:00 h Rendez-vous costumé sur la riva de Siete Martiri (Giardini) pour le coucher du soleil à 17:59 h
16:30 h Théâtre itinérant "I segreti di Venezia", départ de la piazza San Marco(org. Oltrex – 29,00 €uros)
17:00 h Minuettiamo in Serra à la Serra dei Giardini, Castello
17:00 h Frittelle, Galani e un Ombra de vin, de la Società di Mutuo Soccorso fra Carpentieri e Calafati, via Garibaldi, Castello
17:00 h Concert de musique Rap et Hip-Hop, avec les groupes vénitiens, via Garibaldi, Castello
17:30 h Carnival Pub Crawl rdv arrêt vaporetto Ca’ Rezzonico (org. Venice Events – 40,00 €uros)
18:00 h Chanteurs d’opéra, palazzo delle Prigioni (28,00 €uros)
18:00 h Space Mosquito Live, campo Sant’Angelo
18:00 h Concours de la Maschera più bella, piazza San Marco
18:00 h Carnaval des crocodiles, au F30 restaurant pizza, Gare S. Lucia
19:00 h La Traviata, dirigée par Diego Matheuz au Teatro La Fenice
19:00 h Venezia Tout simplement le meilleur spectacle en ville au Teatro San Gallo (51,00 €uros)
19:00 h Musica in Maschera : Opéra, ballet à la Scuola Grande dei Carmini et dîner à la Trattoria Ai Carmini (83,00 €uros)
19:00 h Carnevalanga, campo Manin (Org. Veni Ed Etiam – Associazioni Culturali Carnevalenga)
19:00 h Marciano et Rock Indie Brit DJ, campo Santa Margerita (Org. Venetiae Alumni – Wahwahclub – Marciano e Pier Dickens Inn)
20:00 h Gran Teatro Retro Show, piazza San Marco (Gratuit)
20:00 h Diner et bal en costumes, Salone delle Feste de l’Hôtel Carlton (130.00 €uros)
20:00 h Grand Bal “Précieux tissus de l’Orient jusqu’à Venise”, palazzo Pisani Moretta (org. AICV)
20:00 h Closing Party, soirée discothèque, Arsenale
20:00 h Grand Bal du Menuet, palazzo Pesaro Papafava (org. Incentive Harmony 295.00 €uros)
20:00 h DJ Putano Hoffman, campo Sant’Angelo
20:30 h Gran Rogo
20:30 h Diner de gala et bal "Les mile et une nuits", au palazzina Grasi (org. CCI – 300,00 €uros – 23:00 h bal seulement : 100,00 €uros)
20:30 h Interpreti Veneziani: Concerts Musique Classique à Venise, église San Vidal (26,00 €uros)
20:30 h Musica a Palazzo : Duos d’Amour, palazzo Barbarigo-Minotto (64,00 €uros)
20:30 h Mille Nuits d’Arabie, palazzo Tiepolo Passi (520,00 €uros)
21:00 h Festival Internazionale di Poesia Erotica "Baffo Zancopè", campo San Maurizio (org. Compagnia de Calza "I Antichi" – gratuit)
21:00 h Maxmaber Orkesta (Musique des Balkans), au Paradiso Perduto, Giardini della Bienale
21:00 h La Nature en Musique, concert de Jazz, à la Chiese di San Girolamo, Mestre
21:00 h La Nature en Musique, concert de Jazz, à la Chiese di San Rocco, Mestre
21:00 h El Sbarfelo, musique en liberté dans les rues de Venise
21:00 h Musica in Maschera : Opéra ballet à la Scuola Grande dei Carmini (20,00 à 50,00 €uros)
21:15 h The Minuet Grand Ball, Palazzo Pesaro Papafava (290,00 €uros)

La météo à Venise, du 4 mars 2014 :

La dernière journée de Carnaval, le mardi gras, sera marquée par l’eau en abondance : averses matinales, acqua alta à midi et pluie le soir sont au programme. 

L’instabilité diminuera en cours de journée. Éclaircies de plus en plus larges le matin, ciel très nuageux à couvert l’après-midi. Quelques averses faibles le matin, possibilité de quelques gouttes l’après-midi. Vent assez fort.

Les marées à Venise pour le 4 mars 2014 :

ICPeSM

04/03/2014 00:05 h maximum 85 cm
04/03/2014 06:20 h minimum 15 cm
04/03/2014 12:15 h maximum 105 cm
04/03/2014 18:10 h minimum 20 cm

Nouvelles Utopies du Carnaval

Due bautte sul fondamente Nuove - Vittorio Emanuele Bressanin

C’est probablement sa valeur commerciale qui a assuré et justifié la pérennité du Carnaval de Venise tout au long des longs siècles de son histoire.

Mais il existe aussi un lien entre le Carnaval et l’histoire de la curiosité, y compris scientifique. Chargées d’émerveiller, les attractions du Carnaval invitent à découvrir, par-delà la magnificence des fêtes, des mondes inconnus, des géographies inédites.

Une dimension qui est de l’ordre de l’utopie continue d’être, en quelque sorte, un des moteurs du Carnaval de Venise. En s’offrant comme ville du théâtre, des spectacles et des plaisirs dont on ne peut jouir en général, même sur une durée limité, Venise incarne l’utopie d’une fête que chacun peut vivre, au présent, dans un temps différent. Le Carnaval de Venise alimente un illusion. Il nous rappelle que Venise est la ville du masque et une fenêtre ouverte sur un monde à inventer.

Vittorio Emanuele Bressanin

On est cependant confronté aux contradictions du nouveau Carnaval. Au sein de la classe politique à Venise même et dans la province, une alternative semble vouloir se dessiner entre les exigences du tourisme commercial et populiste, avide d’évènements marquant les imaginations, et es partisans d’une pratique culturelle plus approfondie et maîtrisée. L’évolution, ces dernières années de l’Agenda du Carnaval de Venise où l’on peut trouver un nombre de plus en plus grand d’activités culturelles en est le fruit le plus visible dès à présent.

Vittorio Emanuele Bressanin

Le fait marquant du début du XXIème siècle à été l’appropriation du Carnaval par les sphères spéculatives du tourisme de masse. Mais c’était sans compter sur l’esprit de résistance des vénitiens qui, comme on le voit bien cette année, n’hésitent pas à utiliser tous les moyens à leur disposition pour se réapproprier l’espace et la fête, les projets nouveaux du Carnaval de Burano ou de celui des paroisses populaires de l’Est de Castello avec le Carnevale di Casteo nous montrent que la voie d’un carnaval touristique pour les étrangers n’est plus la seule issue.

Vittorio Emanuele Bressanin

Au programme de ce Lundi Gras

Carnaval de Venise 2014

Pour ce dernier jour de Carnaval 2014, les masques encore présent dans Venise pourront se lever très tôt s’ils souhaitent profiter du lever du soleil pour leurs dernières photos du matin. En effet, selon la météorologie, le soleil se lèvera à 6:46 heures sur la lagune.

Ensuite, les principaux rassemblements costumés seront à 14 heures devant la chiesa San Zaccharia, puis, pour l’un des derniers coucher du soleil du Carnaval de Venise 2014, ils se rendront à San Giorgio Maggiore, avant 17:59 heures. Celles et ceux qui n’ont pas d’abonnement ACTV, ou si leur carte est terminée, se rendront avant la même heure sur les quais vers les Giardini, dans le secteur de la statue de la résistante, d’où l’on peut profiter du plus beau point de vue sur la lagune et Venise, sans être gêné par la foule.

A 16:30 heures, piazza San Marco : couronnement de la Marie de l’année.

Le doge de Venise couronnera la jeune fille la plus belle et la plus douce de la lagune.

A 17:00 heures, piazza San Marco : Le vol du Lion.

La bannière de Venise s’envolera depuis le campanile de la place, survolera le public et viendra se poser aux pieds des douze Maries du Carnaval de Venise 2014.

Sur la scène du Gran Teatro de la piazza San Marco

  • à 11:30 heures, Le sorelle Mejerchold Giorgia Penzo et Francesca Airaudo de la Compagnia Città Teatro dans un duo comique irrésistible pour celle et ceux qui comprennent avec suffisamment de finesse la langue de Dante.
  • à 12:3 heures, le Chœur Populaire d’État de la ville de Omsk, est connu dans toute la Russie et à l’étranger comme un brillant exemple et promoteur de la culture russe., interprétera des chants de la culture traditionnelle de la Sibérie.

Coro Popolare di Stato della città di Omsk

Concert du Mardi Gras dans l’église de la Pieta, en collaboration avec l’Associazione Culturale Coro Marmolada. L’Institut provincial pour l’enfance Santa Maria della Pietà est l’une des plus anciennes institutions dédiées à l’aide des enfants abandonnés. L’histoire de l’Institut a commencé en 1346. Entrée libre jusqu’à ce que toutes les places dans l’église soient occupées. Istituto Provinciale per l’infanzia Santa Maria della Pietà, Castello 3701, Calle della Pietà.

Santa Maria della Pietà

A partir de 21 heures.

Marco Forieri et son band El Sbarlefo circuleront dans les rues de Venise pour les remplir de rythme et de musique.

Carneval de Casteo 2014

Castello fait son carnaval : I carnevale di Casteo.

Au programme aujourd’hui, à la Serra dei Giardini : Minuettiamo in Serra. Une initiative divertissante avec une ballerine masquée qui dansera dans la serre. Spectacle proposé par le Circolo Ricreativo Culturale 3 Agosto à partir de 17:00 heures.

De 17:00 à 23:00 heures sur la scène de la via Garibaldi, soirée Heavy Carnival avec : Ocean Waves, Primo Vespere, Artificial Wish, Kanseil, Catechon, Warhawk Metal Band, organisée par le  Circolo Ricreativo Culturale 3 Agosto.

Lundi 3 mars

6:35 h Rendez-vous costumé sur le mole de San Marco pour le lever du soleil à 6:48 h
10:00 h La casina dei biscotti, dans les jardins de la Biennale
10:00 h Colori e fantasia di frutta al cioccolato, campo San Giacomo dell’Orio
10:30 h Secrets du Carnaval de Venise et de la vie à l’époque de Giacomo Casanova, rdv devant La Fenice (org. Venice Events – 35,00 €uros)
11:00 h Patinage sur glace – tous les jours du 7 décembre au 4 mars, campo San Polo
11:00 h Théâtre itinérant "I segreti di Venezia", départ de la piazza San Marco(org. Oltrex – 29,00 €uros)
11:00 h Patinage sur glace – tous les jours du 7 décembre au 4 mars, piazza Ferretto, Mestre
11:00 h Concours de la Maschera più bella, piazza San Marco
11:30 h Visite de la Basilique San Marco, rdv entrée du Musée Correr (org. Venice Events – 19,00 €uros)
12:15 h Le magnifique Palais des Doges et les secrets de sa prison rdv entre les deux colonnes de San Marco (org. Venice Events – 32,00 €uros)
13:00 h Concours de la Maschera più bella, piazza San Marco
14:00 h Carnaval du Sud, porte de la Patagonie sur le campo San Polo (voir le site)
14:00 h Rencontre costumée sur le campo San Zaccharia
14:30 h Théâtre itinérant "I segreti di Venezia", départ de la piazza San Marco(org. Oltrex – 29,00 €uros)
15:00 h Défilé des enfants costumés, Carnaval de Burano, départ piazza Galuppi
15:00 h Grande Finale du Premio Speciale Internazionale "La Natura fantastica", piazza San Marco
15:30 h Le Barbier de Seville, Théâtre La Fenice
15:30 h Grand Canal de Venise Excursion en bateau, rdv Office de changes – Riva degli Schiavoni (org. Venice Events – 43,00 €uros)
16:00 h Rendez-vous costumé sur l’isola di San Giorgio pour le coucher du soleil à 17:58 h
16:00 h Le Malade Immaginaire, au Théâtre Goldoni
15:00 h Paste, Fagioli et autres, Carnaval de Burano, au début de la via Galuppi
16:00 h Rendez-vous costumé sur les Zatterre (ponte longo) pour le coucher du soleil à 17:58 h
16:00 h Danses d’époque et chocolat chaud "Cotillon", Hôtel Danieli (org CCI – 100,00 €uros)
16:30 h Théâtre itinérant "I segreti di Venezia", départ de la piazza San Marco(org. Oltrex – 29,00 €uros)
17:00 0 h Concert de musique Heavy Metal, avec les groupes vénitiens, via Garibaldi, Castello
17:30 h Carnival Pub Crawl rdv arrêt vaporetto Ca’ Rezzonico (org. Venice Events – 40,00 €uros)
18:00 h Carnaval des crocodiles, au F30 restaurant pizza, Gare S. Lucia
18:00 h Gerardo Balestrieri Trio en Live, campo Sant’Angelo
19:00 h Tour en gondole et diner à "L’antico Pignolo" (org CCI – 220,00 euros)
19:00 h Carnevalanga, campo Manin (Org. Veni Ed Etiam – Associazioni Culturali Carnevalenga)
19:00 h Venezia Tout simplement le meilleur spectacle en ville au Teatro San Gallo (51,00 €uros)
19:00 h Visite guidée "Meurtres et Mystères", rdv entrée du Musée Correr (org. Venice Events – 21,00 €uros)
19:00 h Reggae Night et DJ, campo Santa Margerita (Org. Venetiae Alumni – Wahwahclub – Marciano e Pier Dickens Inn)
20:00 h Studentesca, soirée discothèque étudiante, Arsenale
20:00 h Repas de Carnaval et vin brulé Carnaval de Burano, piazza Galuppi
20:00 h Défilé des chars allégoriques, Carnaval de Burano, départ piazza Galuppi
20:00 h Piazza san Marco DanceHall, piazza San Marco (Gratuit)
20:30 h Musica a Palazzo : La Traviata, palazzo Barbarigo-Minotto (64,00 €uros)
20:30 h Gran Gala´ dell´Opera à la Scuola Grande Di San Giovanni Evangelista (30,00 et 35,00 €uros)
20:30 h Interpreti Veneziani: Concerts Musique Classique à Venise, église San Vidal (26,00 €uros)
21:00 h Concert avec Latino Project, Carnaval de Burano, piazza Galuppi
21:00 h Maxmaber Orkesta (Musique des Balkans), au Paradiso Perduto, Giardini della Bienale
21:00 h Collegium Ducale : Vivaldi & Baroque, palazzo delle Prigioni (28,00 €uros)
21:00 h Carnival Culture Night, piazza San Marco
23:00 h Bucher de Carnaval, Carnaval de Burano

La météo à Venise, du 3 mars 2014 :

Aujourd’hui à Venise le grand ciel bleu ne résistera pas. Ciel peu nuageux le matin, du soleil mais multiplication des nuages l’après-midi. Pas de précipitations. Vent faible. La fiabilité de la situation est limitée. Cette nuit ciel peu nuageux se couvrant progressivement. Averses se déclenchant en milieu de nuit.

Les marées à Venise pour le 3 mars 2014 :

ICPeSM

03/03/2014 05:45 minimo -10
03/03/2014 11:40 massimo 85
03/03/2014 17:45 minimo 10
04/03/2014 00:05 massimo 80
04/03/2014 06:20 minimo 15
04/03/2014 12:15 massimo 100
04/03/2014 18:10 minimo 15

Carnaval, Veniceland populiste ?

Carnevale di Venezia 2013

Dès les années 1930 la municipalité débattait sur l’opportunité de se servir du Carnaval de Venise pour relancer le tourisme hivernal.

Dès avant le XVIIIème siècle le carnaval était une affaire lucrative, qui faisait venir à Venise de nombreux étrangers qui y dépensaient sans compter. Les commerçants et les responsables d’agences de voyages et de structures hôtelières cherchèrent longtemps à étaler la saison touristique pendant les mois d’hiver.

Carnevale di Vensezia

La vie de ce nouveau Carnaval n’a pas toujours été facile, en 1991 par exemple, en pleine guerre du Golfe, les masques furent interdits pour des raisons de sécurité.

En 2010, lors de la présentation des trente ans du Carnaval, si l’élu de la région exaltait ses traditions, le président de Venezia Marketing & Eventi, déjà chargé de sa gestion, l’appréhendait comme un phénomène de nature socio-économique apte à gagner sa qualité de patrimoine du futur. Il est selon lui nécessaire de renforcer sa dimension spectaculaire. A cette fin, il convient, toujours selon Pietro Rosa Salva, de satisfaire à une demande de style, d’élégance dans l’art de masquer, à une exigence d’italianité dans l’accueil des hôtes étrangers?

Carnevale di Venezia

Du nouveau Carnaval la vision commerciale n’échappe à personne.

On peut retenir la vision agacée de Philippe Solers, partageant celle de nombreux observateurs qui estiment sans intérêt et marginal le Carnaval des photographes, au point qu’il ferait plus de tort qu’autre chose à la ville et son image.

"Le spectacle publicitaire m’ennuie. Rien n’est plus faux, parodique et grimaçant que le Carnaval moderne de Venise. C’est un truc d’écran pour couturiers et sponsors divers. Du bruit, de la laideur, le outrance, des masques empilés sur des masques, des contorsions pour la caméra, aucun érotisme bien entendu…" (Philippe Sollers, Dictionnaire amoureux de Venise, 2004)

Carnevale di Venezia

Le Carnaval de Venise, de tout temps à été, aussi, une affaire de commerce et de tourisme. De tout temps, Venise au moment du Carnaval s’est empli de visiteurs venus du monde entier.
Ce qui, peut-être de nos jours, le rends moins supportable, c’est que le rapport des équilibres s’est inversé : les 56.000 vénitiens qui résident encore dans la cité historique se retrouvent envahis, pendant dis jours, par un nombre de touristes parfois dix fois supérieur, qui viennent consommer, vite, très vite, puis repartent sans avoir rien vu d’autre que ce que les marchands veulent bien leur faire voir.

Carnevale di Venezia

Le tourisme du XIXème siècle est une entreprise industrielle, déshumanisée, destructrice et dévorante. Le Carnaval de Venise s’est retrouvé victime de la déréglementation des marchés et la disparition progressive, partielle ou totale, des services publics au profit du secteur privé. Quand les intérêts privés du capitalisme sauvage s’emparent de la culture et de l’histoire d’un cité, on ne peut rien en attendre de bon.

Si nous souhaitons que Venise ne devienne pas un Veniceland vidé de ses habitants, dont le Carnaval serait une des attractions remarquables, c’est donc à nous tous, ses acteurs, vénitiens résidents, costumés venus du monde entier, ou spectateurs anonymes à nous préoccuper de l’avenir de la Sérénissime et de son Carnaval séculaire.

Carnevale di Venezia 2013

Au programme ce dimanche

Carnaval de Venise 2014

Weekend et nuit agitée malgré la météo aquatique, c’est le lot des week-end de Carnaval à Venise. Dans la semaine, les résidents des divers sestiere vont se répandre en critiques à propos de cette invasion qu’ils subissent avec de plus en plus de colère. Ces jeunes qui sèment le trouble ne sont pas des touristes étrangers, ceux qui font vivre la ville, les vénitiens ne s’y trompent pas. Ces jeunes qui viennent transformer Venise en boite de nuit et poubelle géante sont de la région, venus de Padoue, Trévise ou guère plus loin, par les nombreux trains où ils se sont entassés, déjà à demi ivres. C’est pourquoi, les vénitiens invitent les costumés à se réfugier avec eux à Castello cette après-midi. 

Nous n’osons pas vous préconiser un endroit calme, il y en aura peu. Pour notre part, nous parcourrons le matin, la Venise secrète et mystérieuse, bien à l’écart des foules, derrière des portes où aucun touriste n’oserait s’aventurer de peur de ne jamais en revenir.  L’après-midi, nous fêterons Carnaval avec les vénitiens, à Castello, à l’invitation de Quo Libero. Dans quelques jours, nous vous en parlerons peut-être…

Dans le ciel de Mestre, à midi, le Vol de l’âne sera "interprété" par Federica Zanin, du Cristal Skating Team di Sarcedo (Vicenza), championne de patinage artistique, qui a obtenu une médaille d’argent à Taipei (Taiwan) en novembre.

Sur la piazza San Marco à midi, pour le Vol de L’Aigle (Volo dell’Aquila) ce sera une autre reine de la glace, tout juste revenue des Olympiades qui s’élancera depuis le campanile de San Marco : Carolina Kostner qui nous a déclaré "Durante le Olimpiadi tutti i miei fans mi hanno sostenuta come delle grandi ali e loro stessi spesso mi vedono così, come se volassi sul ghiaccio. Oggi potrò realizzare questo grande sogno in un contesto prestigioso e di grande festa, il modo migliore per riabbracciare e ringraziare simbolicamente tutti quanti".

Sur la scène du Gran Teatro de la piazza San Marco, les animations seront marquées du sceau du temps, avec une avalanche des costumés historique. Le groupe historique Nobiltà Sabauda composé d"une quarantaine de personnes fera une première prestation, suivi par les Maschere di Mario del Settecento Veneziano, puis de l’imposante colonne des membres de l’Associazione Amici del Carnevale di Venezia, et enfin, pour clôturer ce spectacle, les trampolieri della Compagnia dell’Arsenale.

N’oubliez pas, pour celles et ceux qui captent, même à Venise, la télévision française, l’émission Palais, touristes et arnaques : les secrets de Venise à 23:00 heures, dans Enquêtes exclusives sur M6 : ça promet !

Carneval de Casteo 2014

Castello fait son carnaval : I carnevale di Casteo.

Nos amis de Venessia.com et Quo Libero invitent tous les costumés de tous les pays du monde qui sont à Venise pour le Carnaval à venir, au calme, via Garibaldi, fêter le Carnaval avec les enfants de Venise à partir de 16:00 heures. 

La fête sera devant l’entrée des Giardini via Garibaldi, mais les costumés pourront se promener au soleil, enfin revenu, poser avec les enfants, les mamans, les none (les grand-mères) pour partager avec simplicité un moment de plaisir avec les habitants de Venise qui nous accueillent chaque année pour le Carnaval.

Les enfants se verront offrir des masques de Quo. Vers 16:30, les enfants du Circo-Teatro proposeront un spectacle à côté du Patronato dei Salesiani.

Les costumés pourront se promener et faire des photos dans les célèbres ruelles de ce quartier au charme authentique, ou dans les jardins, et participer au concours organisé par la Serra dei Giardini. Nous allons essayer d’organiser une grande photo de groupe avec tous les costumés présents et tous les enfants de Venise. Soyez nombreux à venir, et, pour celles et ceux qui n’ont pas de masque plein, ou qui accepteront de la quitter, nous pourrons finir l’après-midi devant un’ ombra, un spritz, des gelati ou de délicieuses fritelle

Sur la scène ouverte de la via Garibaldi, soirée Play Rock avec les jeunes groupe rebelles de Venise : AWe Rock, The Switch-Off, WildState, Merciless Attack, Exilium Metal Band, I Muri di Gentle Road organisée par le Circolo Ricreativo Culturale 3 Agosto.

Toutes les forces vives de Venise souhaitent ainsi s’unir, avec les touristes costumés sans qui le Carnaval de Venise n’existerait pas, pour une journée de plaisir et de convivialité ensemble.

Au programme aujourd’hui, à la Serra dei Giardini :

Concours de photos de la plus belle mascherata dei Giardini.

Atelier avec Gianluca e Giulia pour les enfants de 6 à 12 ans, à 16:00 heures. Construction de masques et marionnettes, à la fin de l’atelier, galani et castagnole pour tous. Réservation conseillée.

Minuettiamo in Serra. Une initiative divertissante avec une ballerine masquée qui dansera dans la serre. Spectacle proposé par le Circolo Ricreativo Culturale 3 Agosto à partir de 17:00 heures.

Au programme du Carnaval de Venise ce dimanche 2 mars

6:35 h Rendez-vous costumé sur le mole de San Marco pour le lever du soleil à 6:51 h
9:30 h Murder Party: Un Serial Killer nella Venezia dell’Ottocento, départ de la gare (org. Associazione A.R.E.S., 20,00 €uros)
10:00 h La casina dei biscotti, dans les jardins de la Biennale
10:00 h Carnaval des Enfants du Monde, Pescheria di Rialto
10:00 h Concours La Natura Fantastica, les masques dans la Serre dei Giardini, Castello
10:00 h Colori e fantasia di frutta al cioccolato, campo San Giacomo dell’Orio
11:00 h Paste, Fagioli et Frittole, Carnaval de Burano, Corte Comare
11:00 h Théâtre itinérant "I segreti di Venezia", départ de la piazza San Marco (org. Oltrex – 29,00 €uros)
11:00 h Patinage sur glace – tous les jours du 7 décembre au 4 mars, campo San Polo
11:00 h Patinage sur glace – tous les jours du 7 décembre au 4 mars, piazza Ferretto, Mestre
11:00 h Concours de la Maschera più bella, piazza San Marco
12:00 h Vol de l’Âne, Piazza Ferreto à Mestre. – Gratuit
12:00 h Vol de l’Aigle, Piazza San Marco – Gratuit
12:00 h Jeux pour les enfants, avec pignatte, fritole et galani, campo San Giacomo dell’Orio
12:00 h I racconti del filo. Storie e leggende del merletto, Museo Diocesano
13:00 h Ars Nova Napoli (Musique populaire), au Paradiso Perduto, Giardini della Bienale
13:00 h Zigan Café Quintet, Grand Teatro, piazza San Marco (Gratuit)
14:00 h Rencontre photos avec les vénitiens sur les quais de la Giudecca
14:30 h Théâtre itinérant "I segreti di Venezia", départ de la piazza San Marco(org. Oltrex – 29,00 €uros)
14:30 h Finale du concours de la Maschera più bella, piazza San Marco
15:00 h Défilé de costumés, danses et chants, Carnaval de Burano, départ piazza Galuppi
15:00 h Visite de Venise en gondole Dolce Carnevale! rdv Gondola Park S. Maria del Giglio (org. Venice Events – 150,00 €uros)
15:00 h Atelier avec Matteo, sur les plantes grasses, à la Serra dei Giardini, Castello
15:30 h Le Barbier de Séville, dirigé par Diego Matheuz, au Theatro La Fenice
16:00 h Rendez-vous costumé sur les Zatterre pour le coucher du soleil à 17:57 h.
16:00 h Dolce Carnival!, départ en gondole de S. Maria del Giglio pour le palazzo Tiepolo Passi (150,00 €uros)
16:00 h Atelier avec Gianluca et Giulia, à la Serra dei Giardini, Castello
16:30 h Concert de musique Rok, avec les groupes vénitiens, via Garibaldi, Castello
16:30 h Théâtre itinérant "I segreti di Venezia", départ de la piazza San Marco(org. Oltrex – 29,00 €uros)
16:30 h Le Cirque di Ross et Cros, Patronato Salesiano Leone XIII, Castello
16:30 h Chocolat chaud en costumes, Gran caffè Lavena (org. CCI – 50,00 €uros)
17:00 h I racconti del filo. Storie e leggende del merletto, Museo Diocesano
17:00 h Le Donne Gelose, comédie théâtrale, Carnaval de Burano, Cinéma Pio X
17:30 h Carnival Pub Crawl rdv arrêt vaporetto Ca’ Rezzonico (org. Venice Events – 40,00 €uros)
17:30 h Cafe’ Chantant à la Belle Époque, bal en costume au palazzo Albrizzi (60,00 €uros)
18:00 h Bacarando ai Corazzieri, tango avec Ridi Gonzales
18:00 h Carnaval des crocodiles, au F30 restaurant pizza, Gare S. Lucia
18:00 h Anima Caribe Live, campo Sant’Angelo
19:00 h Carnevalanga, campo Manin (Org. Veni Ed Etiam – Associazioni Culturali Carnevalenga)
19:00 h Bacarando in Corte dell’OrsoGli AristoMatti, campo San Bortolomio
19:00 h Venezia Tout simplement le meilleur spectacle en ville au Teatro San Gallo (51,00 €uros)
19:00 h Strictly et Electro House DJ, campo Santa Margerita (Org. Venetiae Alumni – Wahwahclub – Marciano e Pier Dickens Inn)
19:45 h DJ Session Art, à la Serra dei Giardini, Castello
20:00 h Diner et bal en costumes, Salone delle Feste de l’Hôtel Carlton (130.00 €uros)
20:00 h Tango Rosso a l’Ovest, piazza San Marco (Gratuit)
20:00 h Rocn’n’Roll in Venice, soirée discothèque, Arsenale
20:00 h Grand bal "Mascheranda", palazzo Pisani Moretta (de 390,00 €uros à 590,00 € – après 23:00 h, bal uniquement 220,00 euros)
20:00 h Grand Bal des Trois Soprano, palazzo Pesaro Papafava (org. Incentive Harmony 295.00 €uros)
21:00 h Bomchilom Sound, campo Sant’Angelo
20:15 h Diner dansant "Venezia Romantica", Hôtel Splendid (org. CCI – 270,00 €uros)
21:15 h Diner de gala et grand bal "Les trois Sopranos", palazzo Pesaro Papafava (290.00 €uros)
20:30 h Interpreti Veneziani: Concerts Musique Classique à Venise, église San Vidal (26,00 €uros)
20:30 h La Nuit des Rois (évènement privé sur invitation)
20:30 h Fête Romaine, palazzo Tiepolo Passi (480,00 €uros)
21:00 h Collegium Ducale : Vivaldi & Baroque, palazzo delle Prigioni (28,00 €uros)

La météo à Venise, du 2 mars 2014 :

Dimanche à Venise le ciel restera très chargé. Ciel très nuageux à couvert le matin, ciel se couvrant temporairement l’après-midi. Pas de précipitationsVent de nord est assez fort (45 km/h). Températures matinales autour de 8° C mais le vent fera que la température ressentie sera proche du 0°C. L’après-midi, 13° C à Castello, entre 8 et 11 ailleurs dans la ville, selon l’exposition au vent. La fiabilité de la situation est limitée.

Meteo 02 03 2014

Pour la nuit de dimanche à lundi, ciel couvert se dégageant totalement. Pas de précipitation.

Les marées à Venise pour le 2 mars 2014 :

ICPeSM

Attention : Pendant rois nuits successives, aqua alta de code jaune : il y aura de l’eau sur la piazza San Marco, et sur certains quais…

02/03/2014 05:10 h minimum 0
02/03/2014 11:05 h maximum 80
02/03/2014 17:15 h minimum -5
02/03/2014 23:35 h maximum 90

.

Previous Older Entries

Tous les articles des derniers mois…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 536 autres abonnés