Réouverture de l’Arsenale, trois jours de visites dans les "forges de la Sérénissime"

C’est un lieu hautement symbolique de Venise et de son histoire la plus glorieuse qui va de nouveau être accessible au public de Vendredi 25 avril 2014, jour de la fête de San Marco, jusqu’à dimanche soir.

Arsenale apperto

Rouvrir l’Arsenale di Venezia au moins pendant trois jours, c’est offrir à chacun la possibilité de découvrir un lieu resté trop longtemps fermé. Donner accès aux fucine della Serenissima, ces forges qui ont inspiré L’Inferno à Dante, et qui sont restées trop longtemps fermées au public, c’est permettre à chacun d’approcher la grande histoire de la Sérénissime, et aux habitants de la lagune de retrouver leur vénétianité.

Une occasion de se sentir à nouveau 100% venessiani !

Olia & Klod 100% venessiani

Il sera donc possible de franchir les portes de l’Arsenal de Venise de 10:00 heures à 20:00 heures par les passage sur le campo Ruga et le giardino delle Vergini mais aussi depuis la fermata Actv dei Bacini. Il sera même exceptionnellement possible d’arriver directement avec votre bateau et d’accoster sur les quais intérieurs.

Des visites guidées seront proposées en deux équipes, de 11:00 à 13:00 heures, et de 15:00 à 18:00 heures (réservation sur place). La visite des installations militaires ne sera possible qu’en matinée seulement, de 10:00 à 13:00 heures, et doit être réservée à l’avance auprès des Amici dei musei (0412440010) de 10:00 à 12:00 heures, jusqu’à aujourd’hui.

De nombreuses associations vénitiennes seront présentes sur place.

Le Forum Futuro Arsenale qui milite pour restituer l’Arsenal au public continue le combat pour sa réouverture. Le transfert de propriété entre la Marine italienne et la Mairie de Venise semble en bonne voie. Le Forum est formé d’un groupe d’associations et de collectifs qui tentent d’initier la participation citoyenne des habitants de Venise à la vie et aux décisions de leur ville. Comme les groupes qui travaillent sur Forte Marghera ou au Lido.

Vous trouverez également pendant ces trois jours un espace de l’Association Poveglia pour apporter votre souscription à l’achat de l’isola di Poveglia.

Galere di Fiandra e di Siria

De nombreuses attractions seront proposées, dont, dimanche 27 avril à 19:30 heures, l’invitation lancée par la Compagnia della marineria tradizionale pour un concert à bord du trabaccolo Il Nuovo Triomfo avec le groupe Galere di Fiandra e di Siria. Embarquement programmé pour un voyage fantastique en Orient et occident dans la banchina della novissima. On pourra visiter le trabaccolo Nuovo Trionfo pendant les trois jours au même endroit.

Il sera également possible de s’initier gratuitement à la voga veneta, et le grand voilier français Le Belem sera également ancré dans la Darsena Grande, arrivée programmée dimanche à 11:00 heures.

Bien qu’il soit prévu un temps maussade, attendez-vous à retrouver beaucoup de monde, beaucoup de vénitiens de terra ferma et laguna, entre les murs de l’Arsenale pour ces journées Portes Ouvertes à l’Arsenale.

Nous vous offrons ci-dessous, le programme complet avec les toutes dernières mises à jour et le plan :

Arsenale 2014 programme

Arsenale 2014 plan

Poveglia : Souscrivez maintenant !

Voici les informations que vous attendiez patiemment !

Voici comment participer vous aussi, où que vous habitiez à la souscription pour que l’ile de Poveglia reste un espace public : Poveglia per tutti 99×99 (99 €uros pour 99 ans), c’est maintenant !

Le site pour envoyer devenir membre de l’association et envoyer votre participation financière est en ligne.

Rialtofil adhère à souscrire pour soustraire l’île de Poveglia à une énième spéculation immobilière, et invite ses lecteurs à faire de même.

Sur la page officielle de l’Associazione Poveglia – Poveglia per tutti qui totalise près de 8.000 j’aime, nous sommes déjà 120.000 personnes du monde entier qui se sentent impliquées par ce projet : une grande partie de toute l’Italie (93.000), et le reste principalement des États- Unis, de Grande-Bretagne et de France.

La mairie de Venise a tenté d’approcher l’administration des Domaines pour négocier un "fédéralisme domanial" avec le feu vert du maire de Venise Giorgio Orsoni. C’est Luigi Bassetto, directeur des Affaires Institutionnelles qui a reçu un large mandat pour négocier avec l’État, mais ce dernier reconnaît la difficulté de sa tâche, car l’État a mis la concession de 99 ans aux enchères, et les réponses doivent être données le 6 mai. L’autre hypothèqe serait que la ville exerce son droit de préemption, mais même si la concession est donnée autour de 3-400.000 €uros, la ville de Venise, surendettée, n’a pas l’argent nécessaire.

De toute façon, les vénitiens n’ont plus aucune confiance dans les hommes politiques qui les ont trahis depuis des décennies. C’est pourquoi les politiciens ont peur de ce mouvement si important en faveur du rachat de Poveglia par l’association spontanée de citoyens du monde entier, tous unis derrière les habitants de La Giudecca qui, les premiers ont versé 99 €uros pour sauver l’île des spéculateurs. Un ferment nouveau qui montre la réalité d’un "grand mouvement civique qui veut devenir actif dans le gouvernement de notre pays", comme l’a déclaré Maurizio Adamo, fondateur du premier restaurant musical à Venise, le Paradisio Perduto… "parce qu’il n’y a pas seulement Poveglia, mais aussi Sant’Andrea, l’Idroscalo et la moitié de la lagune". C’est bien connu, quand les citoyens commencent à bouger et prendre leur destin en main, la caste des politiciens a peur.

Nous vous rappelons les règles adoptées pour ce projet qui vise à empêcher qu’une autre île de la lagune de Venise soit laissé en pâture à des spéculateurs pour des projets hasardeux qui connaîtront le même avenir que celui de l’hôtel de luxe créé à San Clemente.

Règles pour acheter l'île de Poveglia

L’île de Poveglia se trouve dans la lagune de Venise, ville ancienne dans la ville, dont la concession pour les 99 années à venir est actuellement mise aux enchères par l’État italien. Nous ne pouvions pas rester les bras croisés, sans rien faire et constater une fois de plus qu’une île revienne à des intérêts privés.

Pour cette raison, nous allons concourir pour le bail de 99 ans. Nous voulons que cette île reste publique, et soit accessible et ouverte à tous. Si cette idée vous séduit, vous pouvez nous aider et vous porter acquéreur d’une part pour la somme de 99 €. Si notre offre emporte les enchères, la communauté des participants agissant en tant que "Associazione Poveglia" , gérera l’île démocratiquement et à des fins publiques .

Tous les mercredi, des réunions publiques sont organisées dans des lieux différents de Venise.

Photo F. De Rossi

En 4 points, les principes de cette initiative :

1 . La zone verte de l’île sera constituée de jardins publics et d’un parc librement accessible à tous.

2 . La partie construite de l’île accueillera des activités et des entreprises dont les finalités éthiques devront être cohérentes avec nos principes. Les sommes générées par cette activité seront utilisées pour payer les frais de fonctionnement de l’île dans son ensemble.

3 . La gestion de l’île sera à but non lucratif et respectueuse de l’environnement. Tous les bénéfices seront intégralement réinvestis dans l’île elle-même.

4 . Si nous remportons l’enchère, votre part vous permettra si vous le souhaitez de participer également aux décisions concernant le sort de Poveglia . Cette part ne donnera en aucun cas un quelconque droit de propriété ni aucun privilège d’utilisation et ne sera pas génératrice de participation à de quelconques bénéfices.

Concrètement, nous vous demandons d’adhérer à l’association pour un coût de 19 euros (somme qui comprend les frais d’inscription , les abonnements , les frais bancaires et comptables et les frais de participation à la vente aux enchères ) et de faire un don d’au moins 80 euros . Si par malchance nous ne remportons pas l’enchère, votre don ( 80 € ou plus ) vous sera intégralement restitué une fois le dépôt de garantie pour la vente aux enchères rendu à l’ Associazione Poveglia .

C’est un défi : nous unir afin de récupérer un morceau de la ville et en assurer et garantir l’utilisation publique.

Ne laissons pas la lagune peu à peu être mise en pièces et devenir un parc d’hôtels de luxe.

Rejoignez-nous dans notre utopie et devenez vous aussi acteur de l’île de Poveglia pendant 99 ans pour 99 €.

L’association "Associazione Poveglia"
Pour plus d’infos et adhérer : associazionepoveglia@gmail.com

 Photo F. De Rossi

Mais avant de vous dire comment adhérer, nous vous proposons quelques vues pour revoir l’évolution de l’île au fil des siècles.

Au XIIème siècle, l’activité des marais salants était déjà en déclin comme nous l’indiquent des  comptes rendus de jugements.

Gravure de A. Visentini représentant l'isola di Poveglia vers 1777

En mai 1163 à Malamocco, un juge et deux témoins attestent que le gastaldo (administrateur ducal), sur demande du doge Vitale Michiel, a fixé clairement les limites d’une palude (marais) à Poveglia où son père se consacre à la pèche en payant une rente à son propriétaire Giovanni Succugullo. Il est précisé dans ce document qu’il s’agit d’un ancien marais salant autrefois exploité par Succugullo qui y produisait du sel, avant de devoir cesser son activité en raison de son âge. le marais est désormais utilisé pour la pêche et la chasse en hiver.

Un siècle plus tard, les juges de Poveglio visitent les lieux en 1287 et constatent qu’il est impossible de comprendre où sont les limites en le domaine public et la propriété privée. Il reviennent plusieurs fois, avec entre autres un certain Don Giovanni Succugullo, un lointain descendant de l’ancien propriétaire des salines. Finalement, et avec l’aide de personnes âgées, ils fixent les limites de la propriété avec des pieux de bois afin que tous les habitants puissent savoir où pêcher et chasser sans avoir à payer de droits à un propriétaire.

L’île Poveglia au XVIème siècle.

Archivio di Stato di Venezia, Savi ed Esecutori alle Acque, dis. 155 Poveglia nel XVI secolo

Sur ce plan partiel des Savi ed Esecutori alle Acque, dis. 155, retrouvé aux Archives d’État de Venise, on devine une partie de l’île où l’on ne retrouve plus aucune trace des activités du passé, aucune palude n’étant indiquée sur la carte. Soit elles ont été définitivement comblées par l’homme, soit, au contraire, faute d’entretiens, elles sont désormais submergées.

A l’époque de Giacomo Guardi (1764-1835), Poveglia est une petite ville avec ses pêcheurs et ses maisons autour de l’église dédiée à San Vitale.

Poveglia - Giacomo Guardi

Sous la seconde domination autrichienne, à partir de 1814, Poveglia devient le centre de quarantaine de tous les ports autrichiens.

Toutes les urgences furent toujours couronnées de succès, même en 1822 lorsque le choléra est arrivé d’Extrême-Orient. Entre 1831 et 1832 ont été accueillis sur l’île les équipages de 702 navires ; 49 venaient de lieux infectés.

Poveglia au XIXème siècle

Au début de 1900, l’île est devenue un Centre de Santé Marittime (Stazione Sanitaria Marittima), et de nouveau en 1957, convenablement équipé pour la quarantaine de passagers et de marchandises.

Poveglia entre les deux guerres mondiales

En 1963, G. Lorenzetti dans son Venezia e il suo estuario parle d’une maison de repos pour personnes âgées. Elle gardera cette fonction jusqu’à sa fermeture définitive par l’État en 1968. Seule l’ile située à gauche sur la photo sera encore exploitée en vigne et jardins par la famille de Gildo Sgarbi qui avait obtenu en 1935 la concession jusqu’à la fin du siècle.

Poveglia vers 1968

Entre 1978 et 1998, les autorités italiennes ont complètement laissé l’île dans un abandon total. L’ensemble des vingt-huit mille mètre cubes de bâtiments s’est alors fortement dégradé du fait du manque d’entretiens et des dégradations humaines de visiteurs peu scrupuleux.

Po100

Vous avez tout lu ?

Vous voulez nous rejoindre, aux côtés des vénitiens en compagnie de citoyens du monde entier ?

Pour cela, les volontaires de l’association vous demandent de leur envoyer votre message dans une bouteille…

"Nous avons reçu des lettres de partout dans le monde, et de toutes les parties de l’Italie et de l’Europe", explique un responsable de l’organisation, "des lettres de gens qui aiment Venise, qui soutiennent notre projet Poveglia vert et respectueux de l’environnement, et surtout ceux qui veulent des jardins librement accessible à la population. Les lettres les plus touchantes pour nous sont celles des descendants des
émigrants", nous ont également écrit des "petits-enfants d’anciens gardiens de l’île, de personnes qui, de diverses façons, ont travaillé à Poveglia dans le passé"…

Comment adhérer et participer :

Rendez-vous sur le site http://www.message-in-a-bottle.org/ (en italien, anglais ou français, au choix)

En français il y a encore plein de fautes, on va y remédier rapidement ;-)

Remplissez le formulaire en indiquant vos Prénom / Nom / E-mail

Indiquez vos numéros IBAN et BIC (au cas où il serait nécessaire de rembourser tout le monde si l’offre n’est pas gagnée) puis VALIDEZ.

Vous recevrez ensuite un e-mail qui confirmera les indications qui s’affichent en rouge sur la nouvelle page, avec les instruction pour faire le virement de 99,00 €uros (ou plus si vous le voulez).

Avec ces informations, soit vous procédez au virement en ligne depuis le site de votre banque (avec certaines banques, comme La Poste, pur Klod, il faut un délais de 48 heures). Soit vous allez au guichet avec ces informations et vous procédez au virement.

Si jamais on vous demande le code BIC (mais dans notre cas, il est apparu après avoir saisi le code IBAN), le voici : BAPPIT21712

L’argent sera sur le compte de l’association dans environs une semaine, c’est pourquoi il est préférable de la faire sans tarder. Comme il y aura une multitude de virements en peu de temps, et que tout est géré par des bénévoles, il faudra un peu de patience pour avoir confirmation de votre adhésion (soyez patients !)

Un petit conseil pour ne pas vous tromper dans la multitude de "0" partagez le numéro IBAN en séries de 4 chiffres.

Un message dans une bouteille

Podestà et justice à Poveglia

La collecte pour réunir les souscription et l’argent nécessaire pour que les vénitiens conservent l’île de Poveglia pour tous s’organise. Dans quelques heures nous pourrons vous indiquer la procédure pour souscrire au projet Poveglia pour tous 99×99 depuis le monde entier.

Déjà, les vénitiens et celles et ceux d’entre vous qui sont à Venise ces jours-ci peuvent se rendre dans un des points indiqués sur la carte ci-dessous.

Poveglia per tutti

1. Bar La Palanca
Giudecca, Fondamenta S. Eufemia 448 – tel 041 5287719
(ouvert lun-sam de 7:00 à 21)
2. OFFicina
Dorsoduro, Calle del Traghetto Ca’Rezzonico 2799 – tel 041 7241214
(ouvert lun-ven 9:00/19:30 et sam 10:00/16:30)

3. Libreria Marco Polo
Cannaregio, calle del Teatro Malibran 5886/A – tel 041 5226343
(ouvert lun-sam de 9:30 à 19:30 – ven jusqu’à 23)
4. Il Canovaccio
Castello, Calle delle Bande 5369/70 – tel 041 5210393
(ouvert lun-dim de 10 à 19:30)
5. BrAgorà
Castello, Salizada Sant’Antonin 3496 – tel 041 3190864
(ouvert lun-sam 9:30/19:30 et dim 10:30/18:30)
 .

.

Tous les mercredi une réunion publique est organisée dans un lieu différent, lors de la dernière, 250 personnes ont déjà apporté les 99 €uros de leur souscription.

La prochaine réunion est organisée après-demain soir, mercredi 23 avril à 18:30 heures, à Mestre, Palaplip Via San Donà 195/c.

Assoziazione Poveglia

Ringraziamo vivamente tutti coloro che hanno già aderito e i tantissimi che ci stanno chiedendo come fare!

En attendant que vous puissiez, vous aussi, contribuer à sauver cette île de la rapacité des bétonneurs et des investisseurs peu scrupuleux, nous vous offrons, en exclusivité,  une vue aérienne géante de l"île de Poveglia :

Vue aérienne de Poveglia

Avec la complicité de l’historien Davide Busato, nous allons vous conter d’autres bribes de l’histoire de cette île qui n’a rien de maudite, contrairement aux allégations de légendes urbaines modernes.

En Juin 1305 Tolberto da Camino, Iacopo Ricco, Guido Avogaro et Pirolino de’ Costantini, ambassadeurs de Gerardo et Rizzardo da Camino et de la commune de Trévise, demandèrent au Doge de Venise que leurs soient livrés certains coupables de "machination", contre Da Camino et la municipalité de Trévise. Le Doge leur a répondu qu’il était désolé, mais qu’il ne pouvait pas les "livrer comme des étrangers, mais qu’il les avait déjà fait arrêter à Poveglia où ils seraient jugés.

Poveglia

Mais qui administrait la justice à Poveglia ?

Dans les premiers siècles, la justice à Poveglia était administrée par un intendant (gastaldo) qui en référait au Palazzo Ducale.

Compte tenu de l’importance prise par la population de île, le 30 Décembre 1339, par une résolution du Grand Conseil, on chargea le Podestà de rendre la justice, et on élu Pietro Lando, podestà de Poveglia.

Le nouveau podestà avait compétence sur Malamocco, Pellestrina et Pastene. Chaque lundi il devait aller à Malamocco et un autre jour de la semaine à Pellestrina. Mais comme le voyage à Pellestrina était long et désagréable en hiver, il a été décidé en octobre 1341 d’y suspendre. Le podestà était élu pour un an, et cet homme âgé entre 20 et 50 ans était assisté par un notaire et quatre famuli.

En plus des juridictions civile et juridique, il devait assurer la protection du fragile équilibre environnemental, veiller à l’état des vignes, et faire entretenir les quai et les les rives. Il était également chargé de veiller à la régularité des entrées dans la ville, Poveglia étant le point de passage obligé pour se rendre alors à Venise.

En septembre 1375, notamment, il fit coincer des habitants de Chioggia qui transportaient de nuit  à Venise, du vin de contrebande.

Poveglia

Au XVIIIème siècle deux lois furent promulguées pour que les navires dont on soupçonnait la peste à bord puissent rester en quarantaine devant Poveglia.

19 août 1750, not. 34 c.30t “Permettendo circostanze del tempo e dell’acqua, obbligato ammiraglio Malamocco condur bastimenti in una sol volta al loro luogo: li provenienti da luoghi infetti in Fisolo, quelli di minor sospetto in Poveglia [...]

2 décembre 1771, not. 41 c. 153t  “Con li metodi prescritti da terminazione 5 febbraio 1760, tradur debbano bastimenti soggetti a contumacia di giorni 40 nel Canal di Poveglia, li soggetti a giorni 28 in quello de’ Marani

Comment la transformation de l’île se fit depuis ces temps ?

Dans le rapport d’un ingénieur daté du 20 avril 1842, on peut lire que "Le Lazaret de Poveglia a été progressivement amené à cet usage, avec la construction de bâtiments spacieux avec des conditions impérieuses pour la santé..."  de nouveaux puits sont construit pour éviter toute contamination possible (avec un seul puits).

Une délibération du 16 février 1833 demande à Giovanni Mora les travaux pour la construction d’un cimetière attenant au Lazzaret de Poveglia.

Poveglia

Mais combien de personnes vivaient sur l’île à cette époque ?

La réponse se trouve dans une merveille historique trouvée aux archives, sur un fascicule d’un procès entre l’évèque de Chioggia et le Magistrato delle Razon Vecchie à propos de la nomination d’un curé à Poveglia "che dal 1423 non essendo habitatore alcuno in Poveglia, ne prete che officiasse quella chiesa a supplicazione delli Gastaldo e cittadini di Poveglia habitanti altrove fu preso in pregadi et confirmato in Gran Conseio [...] che le Rason Vecchie potessero spendere 30 ducati l’anno in salario d’un cappellano che celebrasse li divini offici [...]"

Pour tout savoir sur Poveglia, sa véritable histoire, les légendes infondées et le mythe de cette île, retrouvez Davide Busato le samedi 20 juin, pour une excursion, de 19:00 à 23:00 heures, au départ des Zaterre.

misteri-di-venezia-2014

La véritable histoire de l’île maudite de Poveglia

Parfois, les légendes urbaine modernes trouvent leurs enracinement dans l’histoire … mais ce n’est pas le cas de l’île de Poveglia sur laquelle des légendes ont surgi qui n’ont rien à voir avec son histoire. Nous allons donc vous raconter la véritable histoire de Poveglia, avec l’aide de l’historien vénitien Davide Busato.

Gravure de A. Visentini représentant l'isola di Poveglia vers 1777

A l’heure où les vénitiens se mobilisent pour que cette île ne devienne pas un paradis pour les parvenus et un moyen de blanchir de l’argent douteux pour des investisseurs peu scrupuleux, on voit surgir, dans les médias français, toute une série sur "l’île maudite", ou "l’île la plus hantée du monde" qui est à vendre.

Règles pour acheter l'île de Poveglia

A Venise, le travail au sein de l’association Poveglia pour mettre rapidement sur pieds le projet Poveglia per Tutti avance. Le groupe qui travaille sur les questions financières a communiqué que dans quelques jours sera activé un compte courant où tout le monde pourra verser son quota ; avant de faire le virement, il faudra remplir un formulaire qui donnera à tous un code alphanumérique, cela permettra la restitution de l’argent si on ne remporte pas les enchères. Il sera activé aussi un compte pay-pal pour permettre des transferts bancaires très vites.

Assoziazione Poveglia

Les hommes politiques locaux, qui n’en manquent pas une… après n’avoir rien tenté pendant des années, s’agitent soudainement. Beppe Caccia par exemple, propose que les Domaines mettent fin à la mise aux enchères et donne l’île de Poveglia, gratuitement, à la ville de Venise "Il Demanio fermi l’asta. #Poveglia assegnata alla città" . Mais pourquoi faire ?

Giorgio Orsoni, le maire de Venise, a pour sa part annoncé qu’il participerait à titre personnel à la souscription lancée par l’association.

Beppe Caccia

Histoires de fantômes de victimes de la peste, des histoires d’hôpitaux psychiatriques, des médecins fou et suicidaire sont légions sur des sites anglophones de chasseurs de spectres, et la presse britannique n’a pas été chercher ailleurs ses sources d’informations, inondant les tabloïds d’articles racoleurs sur "l’État italien qui vends une île maudite". Suivi, comme toujours, par la presse francophone.

Seulement voilà, d’après les études menées par Davide Busato, Poveglia n’a jamais eu ces usages dans sa longue histoire !

L’île n’a pas été utilisé comme mouroir lors des grandes pestes comme cela s’est produit au Lazzaretto Vecchio et au Lazzaretto Nuovo, n’a jamais été utilisée comme hôpital psychiatrique à la manière de San Clemente et San Servolola seule malédiction de l’île de Poveglia est celle de son abandon par les hommes.

Poveglia - Carte lagune

Cette île était autrefois appelé "Popilia" ou "Dei Pioppi" (des peupliers) probablement en raison de sa végétation.

Selon Pompeo Molmenti dans la seconde moitié du IXème siècle, l’île a été peuplée par environ deux cents familles de Venise : ils étaient les serviteurs du doge Pietro Tradonico, tué en 864 à la suite d’un complot de nobles vénitien. Ils se barricadèrent dans le Palais des Doges jusqu’à ce qu’on leur assure la vie sauve et une terre où s’installer. Orso Partecipazio, le successeur du doge assassiné, leur accorda l’île et un certain nombre de privilèges.

poveglia-tironi-sandiL'île de Poveglia dans une gravure de Tironi-Sandi

En moins d’un siècle, la communauté de Poveglia s’agrandit : plus de huit cents maisons furent construites et l’île était riche en vignobles et marais salants. En 1378 elle était devenue une république autonome gouvernée par un Gastaldo ducale et dix-sept Consiglieri.

Le déclin commença après 1379 à cause de la guerre de Chioggia. La population a considérablement diminuée, mais ceux qui sont restés sur l’île n’ont jamais été privés de leurs anciens privilèges, comme l’exemption de taxes.

En 1777, l’île est passée sous la juridiction du Magistrato di Sanità.

Les navires, leurs équipages et passagers ne venaient pas directement au Lido, mais empruntaient le canale di Poveglia et le Teson, et transitaient par Poveglia, où le grand bâtiment servait de stockage. En 1793, on y isola un équipage d’une "tartarella idriotta infetta di peste" mais on n’enregistra aucun mort de la peste.

Poveglia, dessin de Francesco Guardi

Au cours du XIXe siècle, l’île a été transformée en une maison de repos de la santé maritime, usage maintenu jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale.

À une époque, il y avait sur une église dédiée à San Vitale, qui possédait un crucifix célèbre, aujourd’hui conservé dans l’église de Malamocco, et un tableau de Titien, mais elle a été fermée en 1806 et plus tard détruite. Il n’en reste plus que le campanile pointu qui a été transformé en phare quand l’île a servi pour mettre les navires en quarantaine.

Au siècle dernier, Poveglia devint une maison de convalescence et de repos pour les personnes âgées jusqu’à ce que, en 1968, elle a été abandonnée définitivement.

Aucun article de journal rapporte que des médecins se soient suicidés sur l’île de Poveglia en se jetant du haut du campanile. Mais les articles des journaux de l’époque et les archives de Venise ne recèlent aucun évènement qui aurait pu expliquer les fantaisies reportées dans les légendes qui courent sur l’île.

Photos Christophe Blaise :

isola maledetta di Poveglia

Po2

Po3

Po4

Achetons une île à Venise : 99 €uros pour 99 ans

L’administration des Domaines italiens continue à vendre les biens de l’État pour rassurer les banques mondiales qui hébergent l’argent des mafias, l’Europe d’Angela Merkell qui cherche à enrichir une minorité de parvenus sur le dos des peuples, et des cercles d’influence secrets qui démantèlent les richesses de nos pays européens pour pouvoir faire plier les politiques et transformer les démocraties européennes et une dictature à leur image, selon leur volonté.

Dans cette logique d’abandon du bien public pour en faire des biens privés réservés à une pseudo élite, les Domaines italiens ont décidé de vendre l’île déserte de Poveglia, dans la lagune sud de Venise, pour qu’elle soit transformée en hôtel de très grand luxe, réservée à une caste étroite de parvenus, avec marina, gardes armés, etc…

Vue aérienne de Poveglia

De fait, cette île, si elle était  privatisée, ne serait plus accessible au public. Or, l’histoire nous a appris que, si les milliardaires aiment Venise, ils aiment aussi se montrer, étaler leur réussite et leurs richesses, sinon, ils auraient l’impression de ne pas exister ; aussi, mis à part ceux qui se sont enrichis dans le crime et l’illégalité, peu nombreux sont les milliardaires qui fréquentes des îles vraiment désertes. La faillite récente de l’hôtel de luxe installé sur l’isola de San Clémente est l’exemple parfait que les seuls riches ne peuvent pas faire vivre Venise.

Voilà pourquoi nous avons rejoint avec enthousiasme un groupe de vénitiens qui a décidé d’acheter l’ile pour la durée de la concessions de 99 ans. L’île restera ainsi publique et entre les mains des vénitiens, les "touristes qui aiment Venise et ses habitants" sont les bienvenus dans ce projet.

Poveglia soleil couchant

Mercredi 2 avril, une vingtaine de vénitiens se sont réunis et ont créé une association, pour imaginer un parc ouvert au public sur l’île d’une superficie de 7,25 hectares.

Cette association entends également démontrer que les Domaines vendent des biens de l’État à des "investisseurs privés inconnus qui se cachent derrières des montages élaborés" et qui ne portent aucun projet réel pour les lieux qu’ils achètent. les exemples dans la lagune sont nombreux de ces îles privatisées à des groupes d’investisseurs et qui sombrent à l’abandon. "L’idée est venue il y a moins d’une semaine par le mépris pour la valeur des biens proposés qui sont vendus à des groupes qui n’ont qu’un intérêt financier à ces placements" dit Giancarlo Chigi, l’un des promoteurs du projet.

L’association se nomme Poveglia et le projet Poveglia per Tutti.

Vera Mantengoli

Hier soir, à 21:00 heures, l’association a tenu sa première réunion publique dans les locaux de l’Associazione Canottieri Giudecca (la remiera) sur la Fondamenta del Ponte Lungo au N° 259, à la Giudecca. Nous vous en reparlerons bientôt plus en détail.

En réalité, comme on peut le voir que la photo aérienne, Poveglia est composée de trois îles :

- un ancien octogone autrichien qui fait face à l’île principale.

- une île principale sur laquelle était construite un hôpital. des bâtiments en très mauvais état qui nécessitent une restructuration complète, mais qui peuvent être le lieu de nombreux projets, sociaux, culturels ou artistiques.

- une ile allongée et déserte, sans construction, séparée par un étroit canal.

Les Domaines ne demandent pour l’acquisition centennale de ce bien qu’une "garantie" de 20.000 €uros !

Le projet est donc apparu sur Facebook le 6 avril "99 euro per 99 anni" et en peu de jours, nous sommes déjà plus de 2.200 !

Le projet, qui reste à élaborer ensemble porte, pour le moment, sur 4 points :

  1. La partie verte de l’île sera consacrée à un parc public librement accessible et gratuit, et des jardins urbains.
  2. La partie construite de l’île, qui peut devenir productive, dont les caractéristiques et les limites éthiques seront décidées ensemble, en accord avec ces points fondamentaux seront utilisés pour payer les frais de fonctionnement de la partie publique.
  3. Tous les profits sont ensuite réinvestis dans l’île elle-même.
  4. Si nous devions remporter l’enchère, le montant détenu donera droit à une participation égale dans les décisions concernant le sort de Poveglia mais n’est pas, et ne doit pas être comprise comme une forme de participation aux bénéfices ou d’actionnariat, ou la source de tout privilège associé.

Aujourd’hui, l’association demande 19,00 €uros pour la carte de membre (qui serviront à financer les frais d’enregistrement, le compte courant et la participation dans l’avis de concession, etc) et un abonnement d’au moins 80,00 €uros extraordinaires.

"Qualora non dovessimo vincere l’asta, al momento del rientro del deposito cauzionale la quota di sottoscrizione straordinaria verrà restituita ai soci. Si tratta di una sfida: metterci insieme per riprenderci un pezzo di città e gestirlo a fini pubblici. Vogliamo provarci. Non lasciare che tutta la laguna, pezzo a pezzo, diventi un unico centro alberghiero di lusso. Sottoscrivi la tua quota. 99 anni di Poveglia libera a 99 euro. Un affare utopico".

Si nous ne remportons pas l’appel d’offre, explique Giancarlo, les fonds extraordinaires seront remboursés aux adhérents. Nous devons essayer que la lagune ne parte pas, morceau après morceau, dans l’escarcelle d’investisseurs sous prétexte d’en faire des hôtels de luxe.

Mais le véritable but est de démontrer que l’Etat citoyen et démocratique existe toujours : "dimostrare con i fatti che lo Stato esiste ancora. Non lo Stato persona giuridica astratta: lo Stato comunità, la collettività. Noi tutti. Dobbiamo dimostrare di saper fare il nostro stesso, vero interesse: l’interessa di tutti, l’interesse pubblico, come scrive lo storico dell’arte Tomaso Montanari nel suo nuovo libro, Istruzioni per l’uso del futuro".

Nous vous tiendrons informés de l’évolution du projet "99 anni di Poveglia libera a 99 €uro<" et des modalités d’adhésion dès qu’elles seront précisées.

Si vous êtes dès à présent motivés par ce projet et prêt à participer, au moins financièrement, écrivez à cette adresse e-mail : associazionepoveglia@gmail.com

Isola di Poveglia

Pour vous motiver et vous permettre de rêver à l’île déserte de la lagune dont vous pourriez devenir (co) propriétaires voici quelques photos partagées par notre amie Sapi Tarin, l’infatigable pilote de barques typiques de la lagune.

Poveglia

Poveglia

Poveglia04

Poveglia

Poveglia

Poveglia

Poveglia

Poveglia

Poveglia

Poveglia

Poveglia

Poveglia

San Giacomo in Paludo est sauvée

San Giacomo in Paludo est sauvée du béton !

Isola di San Giacomo in Paludo

C’est une informations que nous avons oubliée de partager depuis quelques jours… (désolés)

TAR del Veneto a jugé recevable le recours du VAS (Verdi Ambiente e Società) à propos de la mise en vente pour 99 ans de l’île qui aurait dû être transformée en hôtel de luxe pour parvenus.

Le tribunal estime que l’Agenzia del Demanio ne peut pas mettre fin de façon prématurée à la concession de l’isola di San Giacomo in Paludo qui a été accordée à notre association, laquelle a toujours respecté les conditions de la concession, et le projet porté pour l’obtenir.

Le gouvernement Monti avait décidé de mettre en vente de nombreux joyaux détenus par l’Etat, pour faire plaisir à Angela Merckell et aux "groupements d’investisseurs qui cherchent à blanchir l’argent du crime". Voir notre article du 9 août 2013 Les domaines proposent les joyaux vénitiens

Mais le jugement du 28 mars 2014 a mis en évidence non seulement la légitimité du VAS à occuper cette île, mais a également montré que les activités de l’île sont dirigées vers des objectifs sociaux et environnementaux afin de garder l’île accessible à la communauté de Venise. Un bien commun qui doit rester public.

Le VAS Venise accueille avec enthousiasme le jugement, une victoire extraordinaire qui permettra aux membres de l’association à poursuivre les activités dans l’île.

Isola di San Giacomo in Paludo

MANGIASANO 2014 sera donc encore organisée sur l’ile de San Giacomo in Paludo, ce qui paraissait impossible il y a encore une dizaine de jours en arrière.

Le VAS remercie tous les amis français et étrangers qui ont répondu à notre appel à se mobiliser et ont signé les diverses pétitions.

Pour télécharger le communiqué de presse, c’est par là : Communiqué du VAS de Venise

Pour lire nos articles sur San Giacomo in Paludo voir :

Isola di San Giacomo in Paludo

Visite à San Giacomo in Paludo

Giannandrea Mencini Vice-président National du VAS, et vénitien, a déclaré : "A volte Davide batte Golia. Il lavoro prezioso e costante dei soci di Venezia e dei tanti amici dell’isola, la passione del Presidente Nazionale Guido Pollice e la grande capacità professionale dell’avvocato Daniele Granara che ha costruito il ricorso e a cui va il plauso sincero di tutta l’associazione, hanno permesso di raggiungere un risultato insperato. Una vittoria per Venezia che finalmente non vede un bene pubblico e storico diventare albergo di lusso e la sconfitta per una politica che svende i propri gioielli preziosi, pezzi della propria storia, esclusivamente a fini speculativi e turistici. Ora bisogna guardare avanti e riprendere in mano la questione del recupero dell’isola lavorando con l’amministrazione comunale per trasformarla attraverso un progetto condiviso magari partendo proprio dall’istituendo parco della laguna nord che da anni è un punto importante del nostro impegno associativo".

Ce qui nous a bien fait rire, ces derniers jours, c’est que sur certains forums d’amoureux de Venise qui prétendent tout savoir et aimer Venise (mais visiblement pas les vénitiens), sont apparus des appels à signer une pétition "pour sauver San Giacomo in Paludo " alors que la bataille est terminée. Visiblement, les membres de ces sectes qui prétendent aimer notre lagune feraient mieux de partager avec les vénitiens au lieu de les rejeter en imaginant qu’il sont d’une caste supérieure.

Le paquebot MSC Preziosa ouvre la saison par un accident à Venise

Les choses commencent bien pour la compagnie MSC à Venise, et pour Paolo Costa, le Président de l’Autorité portuaire qui gesticule sans cesse pour le maintient du port dans la lagune, arguant du fait que ces monstres ne peuvent créer aucun incident et que tout est sous contrôle.

Le MSC Preziosa est un paquebot battant pavillon panaméen appartenant à l’armateur italien exilé fiscal en Suisse Gianluigi Aponte. Il mesure 333 mètres de long et 50 de large.

Après six mois de tranquillité en raison des travaux du MOSE, l’accès au bassin de San Marco à été autorisé par le tribunal administratif de Venise qui estime que leur présence ne représente aucun danger. Ce matin, avant 8 heures, le MSC Preziosa était donc le premier géant des mers de la saison à pointer le bout de sa proue dans la passe du Lido, avant de se pavaner devant la piazza San Marco.

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

Le MSC Preciosa dans le bassin de San Marco le 5 avril 2014

C’est au moment de l’accostage que le géant des mers s’est révélé moins sous contrôle que ce que l’affirme Paolo Costa et tous ceux qui souhaitent que les paquebots restent dans la lagune.

A 8:15 heures, en entrant dans le bassin, et malgré la présence des deux remorqueurs et d’un pilote du port à bord, dans la salle de commande, le grand navire s’est approché trop violemment du quai, et alors que la proue était encore trop loin, la proue était au dessus du quai. Le capitaine a alors tenté de faire machine arrière toute, mais cette manœuvre désespérée n’a pas empêché la proue du navire de détruire une des passerelles qui permet aux passagers des ponts supérieurs de quitter le navire. Cette passerelle, semblable à celles qui sont utilisées dans les aéroports, a été déformée, puis détruite. Heureusement, le navire étant encore en manœuvre, il n’y avait personne sur la passerelle, et il n’y a donc pas de victime.

Accident dans le port de Venise !  Le MSC Precioza, le premier paquebot à entrer dans le bassin de San Marco depuis sa réouverture a arraché une passerelle de débarquement dans le port de Venise

22

Accident dans le port de Venise !  Le MSC Precioza, le premier paquebot à entrer dans le bassin de San Marco depuis sa réouverture a arraché une passerelle de débarquement dans le port de Venise

Accident dans le port de Venise !  Le MSC Precioza, le premier paquebot à entrer dans le bassin de San Marco depuis sa réouverture a arraché une passerelle de débarquement dans le port de Venise

Accident dans le port de Venise !  Le MSC Precioza, le premier paquebot à entrer dans le bassin de San Marco depuis sa réouverture a arraché une passerelle de débarquement dans le port de Venise

Accident dans le port de Venise !  Le MSC Precioza, le premier paquebot à entrer dans le bassin de San Marco depuis sa réouverture a arraché une passerelle de débarquement dans le port de Venise

Accident dans le port de Venise !  Le MSC Precioza, le premier paquebot à entrer dans le bassin de San Marco depuis sa réouverture a arraché une passerelle de débarquement dans le port de Venise

Accident dans le port de Venise !  Le MSC Precioza, le premier paquebot à entrer dans le bassin de San Marco depuis sa réouverture a arraché une passerelle de débarquement dans le port de Venise

Dans un communiqué officiel la Capitaneria di Porto a confirmé l’accident et la destruction de la passerelle, indiquant que le montant des dégâts doit être estimé.

MSC Croisières a également confirmé l’incident lors de la manœuvre d’accostage indiquant "qu’il n’y a aucun passager blessé et que le navire pourra continuer sa croisière en Méditerranée comme prévu".

.

.

24 sécessionnistes arrêtés

Dix jours après que le référendum non constitutionnel pour l’indépendance de la Vénétie récoltait plus de deux millions de oui (soit 89,5 % des votants, un résultat que les commentateurs qualifieraient de soviétique), la police italienne a arrêté aujourd’hui 24 séparatistes accusés de préparer une insurrection populaire et une action violente contre l’État central.

Ils voulaient obtenir « l’indépendance vis-à-vis de l’État italien en faisant recours à des méthodes violentes et à l’insurrection populaire »; ces 24 membres du groupe séparatiste vénitien ont été arrêtés aujourd’hui par la police italienne.

Parmi eux, les carabiniers du Ros ont passé les menottes au leader régional des Forconi (les « fourches », mouvement de protestation contre le fisc et l’Euro) et l’ex parlementaire Franco Rocchetta, un des principaux fondateurs de la Liga Veneta, qui a, par la suite, généré la Ligue du Nord. « Le groupe est susceptible de remonter à différentes sigles de l’idéologie sécessionniste et qui avait planifié diverses initiatives, même violentes, dans le but de solliciter l’indépendance de la Vénétie et d’autres parties du territoire national de l’État italien » selon les acteurs de l’arrestation. De nombreux attentats auraient été prévus, notamment aux directions d’Equitalia (société italienne chargée de percevoir les impôts et les taxes en Italie).

Flavio Contin

Les arrestations et les perquisitions ont été menées dans les provinces de Padoue, Trévise, Rovigo, Vicence et Vérone. 151 personnes sont concernées par cette enquête. Les 24 séparatistes arrêtés sont accusés d’association à finalité terroriste et atteinte à l’ordre démocratique, atteinte à l’article 5 de la Constitution Italienne sur la souveraineté territoriale ainsi que pour fabrication et détention d’armes de guerre.

Giuseppe Segato est considéré comme l'ideologue de de ce groupe, on le voit ici avec Luigi Faccia.

Comme en 1997

Parmi les arrestations, figurent deux « Serenissimi » qui, dans la nuit du 8 au 9 mai 1997, s’emparèrent du clocher de St-Marc à Venise, en l’occasion du bicentenaire de la fin de la République de Vénétie. Cette nuit-là, Luigi Faccia et Flavio Contin grimpèrent au sommet du clocher et, en signe de protestation, hissèrent le drapeau avec le lion, symbole de la République de St-Marc. À cette occasion, un char artisanal avait été utilisé par les séparatistes.

La notte dell'assalto al campanile

Un char artisanal

Comme en 1997, un nouveau char improvisé était en gestation. La police dénonce « la construction d’un char, construit dans un hangar dénommé ‘arsenal’ à Casale de Scodosia (Padoue) et qui aurait été utilisé afin d’accomplir une action d’éclat à Venise, place St-Marc ». Le tracteur transformé en engin blindé — qui a été séquestré — fonctionne. L’engin, doté d’un canon artisanal, avait également été testé pour ses aptitudes au tir.

Arresti secessionisti: il capannone di Casale dove costruivano il "tanko"  Le foto del capannone di Casale di Scodosia dove Flavio Contin e altri aderenti alla cosiddetta "Alleanza" stavano progettando un nuovo "tanko" installando un "cannoncino"

Une alliance de séparatistes

Selon les autorités italiennes le mouvement séparatiste n’entretient aucun lien direct avec le parti de la Ligue du Nord. Tommaso Bonanno, procureur chef de la République de Brescia décrit cette organisation lors d’une conférence de presse : « Alleanza, a été constituée dans la commune d’Erbusco, dans la province de Brescia, le 26 mai 2012, et comprent différents mouvements séparatistes qui vont de « Brescia Patria » à certains représentants de « Veneto Stato » ainsi que d’autres mouvements séparatistes présents en Italie ». Les organisateurs se rencontrent au cours de réunions privées et manœuvrent de sorte à échapper aux contrôles de la police qui toutefois enquête depuis 3 ans sur les opérations. De cette enquête émergent des contacts avec la criminalité albanaise pour l’achat d’armes de guerre ainsi que des « activités servant à la réalisation d’un projet subversif, avec l’organisation de conférences et de manifestations en place publique, sans oublier la constitution d’une sorte de directoire du nouveau gouvernement "Serenissimo", pour les négociations avec l’État italien dans le but d’une sécession de la Vénétie vis-à-vis de l’Italie ».

Che fine ha fatto il vecchio tanko? Il mezzo costruito dai Serenissimi nel 1997 e protagonista dell'incredibile e rocambolesco assalto a San Marco è custodito oggi da Geremia Agnoletti di S.Vendemmiano di Treviso

Une interception téléphonique de Tiziano Lanza, membre actif dans le recrutement et le financement de l’Alleanza : « Allez-vous en de l’Italie et demandez pardon pour les 147 ans de crimes contre notre population et pour tous les vols. Allez-vous en et vous vivrez, restez et vous mourrez… puisque nous instaurerons un climat de terreur, tu sais comme on va s’amuser, la mafia ici aussi ».

Che fine ha fatto il vecchio tanko? Il mezzo costruito dai Serenissimi nel 1997 e protagonista dell'incredibile e rocambolesco assalto a San Marco è custodito oggi da Geremia Agnoletti di S.Vendemmiano di Treviso

Pourquoi l’indépendance ?

Une grande partie de la population du nord, notamment dans ces régionss développées, où la Ligue du Nord bénéficie d’un large consensus, exprime son raz-le bol vis-à-vis de Rome. Elle accuse de « nourrir » le Sud des Apennins plus pauvre et, plus qu’une indépendance « nationaliste », réclame une indépendance financière.

Conférence de presse

Les autorités vénitiennes mentionnent que la région verse actuellement au Trésor italien, 70 milliards d’€uros, soit 20 milliards d’€uros d’impôts de plus par rapport aux investissements et services qui retournent dans leur région. Rome ne confirme pas ces données et de son côté la stratégie de Matteo Renzi est celle de la tranquillité et l’ironie face aux revendications de la Vénétie.

Ricardo Lovato

Alors que dans de nombreux milieux séparatistes — également parmi les rangs de la Ligue Nord — on invite à brandir le drapeau de St-Marc, force est de reconnaître que cette indépendance est plus l’expression du mécontentement par rapport à l’état de crise en Italie qu’une soudaine nostalgie de cette ancienne République.

Des membres de la Ligue du Nord ont par ailleurs appelé leurs sympathisants à manifester dimanche à Vérone par solidarité avec “les Vénitiens et Lombards injustement emprisonnés”.

Arrestati dai carabinieri Lucio Chiavegato e Lanza,

Pour limiter le nombre de touristes : Venise à péages

La commune à tranché, et suite à la volonté écrasante des vénitiens de retrouver leur indépendance (voir en bas de page les résultats du référendum sur l’indépendance de la Vénétie et la séparation de Venise et Mestre), pris les décisions destinées à limiter le nombre de touristes à Venise.

Et comme le numerus closus était difficile à instaurer, c’est encore et toujours par l’argent que se fera la sélection.

Des péages aux entrées de Venise.

Venezia unica

Des péages seront installés aux entrées de Venise. Les possesseurs de la nouvelle carte Vènezia Unica pourront franchir gratuitement ces péages, tel les abonnés d’une autoroute. Tous les autres devront s’acquitter d’un droit de passage, qui pourra s’élever jusqu’à 50,00 €uros par personne pour franchir en automobile le Ponte della Liberta. Les tarifs de ce péage seront variables en fonction de la période de l’année, des jours de la semaine, et des heures de la journée. Il permettront également d’instaurer le numerus closus : au delà d’un certain nombre de touristes par jour, l’accès à Venise par le pont sera purement et simplement fermé aux non vénitiens.

Un péage sera installé à la sortie du port vers la ville, seuls les croisiéristes quittant le port à bord des bus pour les aéroports sortiront gratuitement.

Une taxe sera appliquée sur tous les transports entre l’aéroport Marco-Polo et le centre historique de Venise et les tarifs du parking de l’aéroport seront augmentés de façon conséquente pour les non usagers de l’aéroport (ceux qui stationnent à l’aéroport mais ne prennent pas l’avion).

Pour passer le ponte della Liberta gratuitement, la seule solution sera le tramway ou le bus.

Déjà, depuis l’été dernier, toutes les places d’arrêt minute de la piazzale Roma avaient été supprimées pour laisser circuler le nouveau tramway. Quand aux rares places de stationnement, limité à 1 heure qui restent désormais, le tarif unique est de 15,00 €uros, à partir de la première minute, et pour 1 heure maximum. La gestion du stationnement et des amendes ayant été confiée à une société privée, connue pour sa proximité avec les indépendantistes vénètes.

Parcmètre de piazzale Roma

Mais ce n’est pas tout !

La piazza San-Marco à péage.

La Ligue vénitienne (Liga Veneta) d’Umberto Bossi, dont le poids s’est considérablement accru ces derniers mois a obtenu des avancées importantes dans son désir de "chasser les envahisseurs impurs hors de la lagune"… et d’instaurer l’indépendance de la Padanie.

Désormais, pour accéder à la piazza San-Marco, le plus beau salon du monde, les touristes devront payer un droit de passage. Des portes qui s’ouvriront gratuitement pour céder le passage aux détenteurs de la nouvelle carte Vènezia Unica, ou en introduisant des pièces dans les monnayeurs. Il faudra donc se munir de pièces de 2,00 €uros nécessaires à l’ouverture de ces portes, semblables aux portillons du Métro parisien.  Notez que l’ouverture de ces portillons devra s’acheter aussi bien pour entrer sur la piazza que pour en sortir.

Tourniquets à San Marco

Si le test est concluant avec les péages de la piazza San Marco, la Commune de Venise envisage d’en installer aussi au pont du Rialto, au pont de l’Accademia, et dans d’autres endroits clefs de la ville.

Vaporetto plus cher.

Le trajet en vaporetto passe, dès aujourd’hui, de 7,50 €uros à 21,50 euros pour un trajet d’une heure.

Numero Chiuso

89% des habitants de Venise et de sa région souhaitaient l’indépendance de la Vénétie.

Selon les chiffres (nord-est), 2.360.235 personnes ont participé au vote, soit 73% du corps électoral régional. C’est d’autant plus remarquable que les partis favorables à l’indépendance de la Vénétie (Independenza Veneta, Liga Repubblica Veneta et Veneto Stato) n’avaient pas obtenu plus de 62.000 voix lors des élections de 2013.

D’autre part, lorsque la démarche séparatiste aura complètement aboutie, il est probable que la République de Venise, qui aura quitté l’Union Européenne et choisi une monnaie différente de l’Euro, exigera des visas pour les ressortissants de certains pays.

Dans l’esprit des promoteurs de ce scrutin, le nouveau pays s’inspirera de la République de Venise, née au Moyen-Age et grande puissance économique et politique jusqu’à sa chute face à Napoléon Bonaparte en 1797.

Suivez l’actualité de Venise avec Olia & Klod venessiani

Nous avons tenté de vous apporter un condensé en français de l’actualité dans la lagune de Venise, depuis le début de l’année, sur le réseau social Facebook, ceci dans le but de vous proposer plus d’information, sans surcharger les pages de ce blog déjà bien fourni.

Vous pouviez avoir un aperçu de ces informations dans la fenêtre la plus basse de notre menu de droite.

Mais, ce réseau qui se veut entièrement gratuit, nous propose désormais de payer pour que nos publications soient visibles. Nous avons pensé que cela signifiait "atteindre de nouvelles personnes en dehors de nos contacts et amis"… mais non. Facebook nous oblige à payer pour choisir un pourcentage de personnes qui auront accès à notre informations parmi les abonnés à notre page.

Facebook

Nous avons décidé de ne plus alimenter cette page où nous estimons que nous sommes escroqués.

Nous avons donc opté pour les réseaux sociaux libres et solidaires, qui luttent pour un Internet gratuit et accessible à toutes et tous, sans discriminations.

Pour retrouver désormais notre actualité sur Venise et la lagune sur Diaspora.org le compte Olia & Klod venessiani est accessible à l’adresse suivante : https://diaspora-fr.org/people/4b5903e1a27db933

La plus grande partie de nos informations sont publiques, et donc accessibles à toutes et tous, sans même avoir besoin de créer un compte sur Diaspora.

Toutefois, nous publierons aussi quelques informations plus confidentielles, des invitations à des expositions, des concerts ou des fêtes, qui ne seront visibles qu’aux membres de Diaspora qui nous auront ajouté dans leurs contacts. Pour devenir un de nos contacts sur Diaspora, crééz votre compte et ajoutez-nous dans vos contacts, tout simplement.

Olia & Klod venessiani

Bientôt la Parade Vénitienne à Vesoul

Quand Vesoul se prend pour Venise…

Personnages mystérieux, robes chatoyantes et masques énigmatiques s’empareront des rues de Vesoul les 12 et 13 avril 2014.

Un point de rencontre

Vesoul est un carrefour des routes très ancien dès le Moyen-Age, elle sait attirer les foules avec ses foires et marchés renommés depuis le XIVème siècle : Sainte Catherine, Saint Maurice ou Saint Georges. D’où la participation étonnante à la parade Vénitienne qui a vu près de 3.000 spectateurs en 2013.

Nice de l’Est ou Venise de l’Est, elle jouit d’un climat étonnamment doux dans l’Est de la France. Son histoire est aussi une histoire d’eau. Traversée par 2 rivières, le Durgeon et la Colombine (la bien nommée) elle a toujours été victime ou protégée par l’eau. Les crues centennales du Frais-Puits l’ont souvent gravement inondée mais aussi sauvée. Après avoir connu un épouvantable pillage en 1480, elle fut cette fois sauvée du massacre..

Quand Vesoul a été sauvé par l’eau

En novembre 1557 la ville de Vesoul a été sauvée de l’invasion des troupes du Baron de Polwiller justement par un débordement du fameux gouffre du Frais-Puits, une résurgence parfois spectaculaire après les fortes pluies, un véritable syphon… Cet épisode fut longtemps tenu miraculeux (Font de Champdamoy et Frais-Puits mystérieux).

Celle qui n’était à l’origine qu’un petit village lacustre plus ou moins sur pilotis sur un sol marécageux se développa par nécessité sur le flanc des coteaux qui l’entourent et la protègent.

VESOUL PREFECTURE

Il est encore temps de vous inscrire, les repas sont offerts aux costumés, et des solutions d’hébergement ont été trouvées à des prix sans concurrence.

Pour participer, il est encore temps de vous inscrire. Pour le bulletin d’inscription, cliquez ici.

Découvrez l’ensemble du programme de la Parade vénitienne, en cliquant ici.

Parade Vesoul

Vesoul est une ville commerçante, plate. Pas d’efforts superflus donc, lors de vos déambulations, et un accueil chaleureux, cela s’est bien vu l’an dernier.

VESOUL PALAIS DE JUSTICE

Les bénévoles de l’association ont multiplié les efforts, Diane Donnot et ses petites mains ont préparé des costumes pour les habitant-e-s de Vesoul, que l’on appelle, comme chacun-e sait des … (alors, qui donnera la réponse ?)

L’atelier de costumes fonctionne deux jours par semaine avec quatre bénévoles.

Qui

Vous trouverez ci-dessous un plan des divers endroits où se promèneront les costumés :

Plan pour les Vénitiens-1

Le samedi, les costumés vénitiens défileront de 15h à 17h, de la mairie à la rue Paul Morel, rue Saint-Georges et rue d’Alsace Lorraine.
Ils se présenteront ensuite sur un podium devant l’église Saint-Georges, de 17h à 18h30, puis se promèneront librement dans les rues de Vesoul.
La soirée se terminera à la salle Parisot, pour une guinguette de 20h à 22h (entrée gratuite), un buffet réservé aux costumés, suivi d’une soirée spectacle avec les valseurs des Varsovienne et une chorale Voce d’Italia.

vesoul kiosque a musique

Les costumés seront de retour le dimanche, pour une balade dans les rues du vieux Vesoul :

Le dimanche matin sera consacré à des séances photos à côté des déambulations libres.
Une équipe de l’Office de Tourisme pourra guider les costumés vers les sites inspirés : Chapelle de l’Hôtel de Ville, Escalier Decaris, Cathédrale Saint Georges, Cloître du Musée,Maison Espagnole, Hôtel Thomassin, Tour Simon Renard, Palais de Justice, Jardin Anglais et Kiosque à Musique.

La colline de La Motte est un repère vu de loin par les voyageurs, autrefois surmontée d’un château et depuis une centaine d’années par une chapelle emblématique de la cité.

La Motte

Dimanche, à 11h : présence de plusieurs costumés auprès des résidents des logements-foyers, au quartier du Boulevard et devant l’église du Sacré-Coeur.

A 15h : déambulation libre des Vénitiens dans divers endroits du vieux Vesoul, dont le Jardin Anglais qui permettrons des séances photos sous un autre éclairage.

Le parvis de la cathédrale Saint-Georges sera le point de rencontre des costumés venant de tous horizons…

VESOUL EGLISE SAINT GEORGES

Pour la seconde fois, Vesoul sera le lieu d’une grande parade costumée le week-end des les 12 et 13 avril 2014, avec bal gratuit en soirée.

Entre autres merveilles, les costumés pourront poser tout à loisir devant la spectaculaire fresque peinte par Albert Decaris.

Albert Decaris a décoré tous les murs du hall d’entrée de l’Hôtel de Ville d’une étonnante fresque qui reproduit le panorama des coteaux, encore couverts de vigne. Cette fresque et un vitrail lumineux font le bonheur des costumés qui paraissent s’extraire du tableau parmi les personnages du décor.

Vesoul parade

La parade Vénitienne est un évènement quasiment unique en Franche-Comté, souligne Stéphane Pini, adjoint à la mairie de Vesoul.

fresque Albert Decaris

 La cité-préfecture de Haute-Saône revêtira donc ses habits de fête dans tout juste un mois. Préparée par les Vénitiens de Vesoul, association présidée par Diane Donnot, avec, entre autres, le soutien de la Ville de  Vesoul et les services municipaux, la Communauté d’agglomération de Vesoul, l’Office de tourisme du Pays de Vesoul, les Vitrines de Vesoul, l’association des Italiens de Haute-Saône.

vesoul chapelle

Cette parade est organisée par l’association Les Vénitiens de Vesoul, avec le soutien de la ville de Vesoul et des services municipaux, l’Office de Tourisme du Pays de Vesoul.
Informations au 03 84 97 10 85

Affiche de la Parade Vénitienne à Vesoul 2014

Ces juges du TAR qui…

Dans notre article d’hier, nous vous avons parlé des négociations qui semblent s’ouvrir vers la voie de la sagesse, et des décisions de politiques responsables, qui paraissent ne pas avoir encore été corrompus.

Mais dans notre Italie moderne, pleine de paradoxes, il faut s’attendre à tout, surtout à ce qui paraîtrait impossible partout ailleurs dans le monde. Comme chacun le sait, le système italien est corrompu par des organisations criminelles à tous les niveaux, qu’il s’agisse des milieux politiques, de l’administration, et même de la justice.

Tribunale Amministrativo Regionale per il Veneto (TAR) - Bruno Amoroso, Presidente Silvia Coppari, Referendario, Estensore Enrico Mattei, Referendario

En tout cas, on peut se poser, légitimement la question, quand un tribunal local rejette les lois et les décrets de la République Italienne, et les règles souveraines de la Communauté Européenne, en publiant un jugement qui permet désormais au grands paquebots de croisières de circuler librement et sans aucune contraintes dans le bassin de San Marco.

Bruno Amoroso, Silvia Coppari, Enrico Mattei, retenez bien ces noms, car l’Histoire aura peut-être un jour à leur demander des comptes. En effet, ces trois juges du Tribunale Amministrativo Regionale per il Veneto (TAR, Palazzo Gussoni, Strada Nuova, Cannaregio 2277 et 2278) ont décidé de surseoir aux décrets et lois votées par le gouvernement italien, suite aux négociations multi parties, et de céder aux menaces des compagnies de tourisme de croisières domiciliées dans des paradis fiscaux.

TAR

Venezia Terminal Passeggeri S.p.A. (le syndicat qui regroupe les compagnies privées opérant à Venise), représentée et défendue par les avocats : Giuseppe Scuglia, M. Francesco Curato, Vittorio Domenichelli, ayant élu domicile chez leur seul confrère vénitien Francesco M. Curato à Venise, Piazzale Roma, 468/B ont attaqué en justice le Ministère des Infrastructures et des Transports, la Présidence du Conseil des Ministres, le Ministère de l’Environnement et de la Tutelle des Mers, la Capitainerie du Port de Venise, la Mairie de Venise

… pour contester, la loi Clini-Passera qui limite à 40.000 tonnes, l’accès des navires dans la lagune, la limitation de 12% du trafic de croisières en 2014, et la limitation à 96.000 tonnes de l’accord du 5 novembre 2013 du gouvernement Letta (voir le délibéré : N. 00178/2014 REG.PROV.CAU.)

Tribunale Amministrativo Regionale per il Veneto (TAR) - Bruno Amoroso, Presidente Silvia Coppari, Referendario, Estensore Enrico Mattei, Referendario

A l’heure où l’on parle de la légitimité des habitants de Crimée à choisir à quel pays ils souhaitent appartenir, que peut on dire de la légitimité d’une bande de compagnies liées à des réseaux criminels de remettre en question des lois et décrets pris par le gouvernement italien, en conformité avec les règlements européens.

Cela signifie donc que, moyennant quelques procédés obscurs, n’importe quelle entreprise siégeant dans un paradis fiscal peut remettre en question la souveraineté nationale de n’importe quelle nation du monde. Ce qui a été jugé le 17 mars à Venise, par Bruno Amoroso, Silvia Coppari et Enrico Mattei est donc un cas sans précédent, qui, s’il fait jurisprudence, peut conduire n’importe quelle société qui saura trouver les bons avocats et les moyens de pression adéquats, a dicter n’importe quelle loi l’avantageant dans n’importe quel pays, et cela au détriment des nations et des peuples.

Au delà de cette atteinte à la souveraineté de l’État Italien par des société privées, c’est toujours la sécurité pour les vénitiens et l’impact des ces grands navires sur les monuments de la Sérénissime qui sont inquiétants. Chaque passage de ces paquebots géants soumet les fondations de la ville lacustre à une pression telle, que maisons et palais sont soulevés des pieux qui sont enfoncés dans la vase sous leurs fondations. Puis après le passage du navire, elle reviennent sur les pieux, mais pas forcément à la même place. S’ensuivent des fissures qui, à court terme vont provoquer l’effondrement des murs des maisons et palais.

Si un de ces monstres percutaient le quai au niveau du palais des doges, l’expérience des dernières catastrophes à montré que, lorsqu’il s’immobiliserait, la proue serait au niveau du campo Santa Maria Formosa, ayant englouti et détruit une grande part des plus beaux monuments de la ville.

Est-ce qu’il faut attendre ce désastre pour que l’on comprenne que nous sommes faces à des criminels ?

Cette décision ulcère et met en colère, légitime, les vénitien-e-s. Le printemps qui s’annonçait enfin calme sur ce plan, risque donc d’être, à nouveau très mouvementé, car les mouvement écologistes assimilent cette décision à une déclaration de guerre contre le peuple de Venise, voir : Tutto da rifare. Il Tar riapre il bacino di San Marco alle Grandi Navi.

Pour un de nos amis, il écrit sur son blog : "La mia sensazione è che la città e la laguna siano ormai in mano a banditi"… (pourtant, on nous prétends toujours que la mafia n’existe pas à Venise, alors que nous en avons démontré l’existence à plusieurs reprises.

Pour l’Autorité Portuaire de Venise "La decisione del Tar non può, né deve, assolutamente distrarci, o peggio fermarci, dal voler trovare e realizzare entro il 2016 la via d’acqua alternativa per raggiungere la Marittima e ovviare al passaggio davanti San Marco". Oui, mais cela fait reculer à 2016 l’hypothétique temps où les grands paqueots ne passeraient plus devant San Marco, bravant ainsi toutes les lois en vigueur au nom du tourisme destructeur à tout prix, et surtout, les maîtres du port ne voient toujours pas d’autre solution que l’actuelle gare maritime pour accueillir ces monstres dont tout le monde connaît les dégâts qu’ils causent à Venise et à la lagune.

Giorgio Orsoni, a commenté cette décision inique : "Siamo fiduciosi che la volontà del Governo sarà rispettata, e con questa il suo impegno affinché le navi non compatibili siano allontanate dal Bacino di San Marco.
Auspico che questo impegno e questa volontà – che sono anche quelle della Città e del mondo intero che ci guarda – siano ribaditi ponendo rimedio, ove necessario, ai vizi rilevati dal giudice amministrativo, al fine di raggiungere l’obiettivo ampiamente condiviso anche a livello internazionale. È ferma intenzione del Comune di Venezia tutelare la Città e la sua Laguna con determinazione. Non siamo disponibili a delegare a nessuno la difesa degli interessi primari dei cittadini. Così come riteniamo che gli organi dello Stato non possano delegare ai propri concessionari l’attuazione di politiche condivise a livello di governo nazionale, e debbano adempiere puntualmente alla volontà espressa all’unanimità dal Senato della Repubblica".

Il reste donc convaincu que le volonté du gouvernement de ne plus voir de paquebots devant San Marco sera respectée, et que personne ne dictera sa volonté au peuple souverain et les décisions de ses représentants, et que les responsables locaux doivent répondre rapidement aux souhaits exprimés à l’unanimité par le Sénat de la République. L’arrêt du passage des paquebots devant San Marco est une volonté du gouvernement italien, des vénitiens et du monde entier qui regarde Venise avec anxiété.

Et pour celles et ceux qui prétendent qu’un accident est impossible dans la lagune de Venise et dans le bassin de San Marco, les images sont nombreuses, d’accidents de navigations dans la lagune :

1973 le Bulk Mariner fonce droit sur le quai et arrache une partie de la Riva dei sette Martiri, les remorqueurs et le pilote du port à bord sont incapables d’éviter l’accident.

1973 le Bulk Mariner arrache une partie de la Riva dei Schiavoni

1973 le Bulk Mariner arrache une partie de la Riva dei Schiavoni

1973 le Bulk Mariner arrache une partie de la Riva dei Schiavoni

23 décembre 1976, le Monte Berico s’encastre dans le quai de la riva de San Nicolò di Lido

23 décembre 1976, le Monte Berico s'encastre dans le quai de la riva de San Nicolò di Lido

En 1977, le Tomaso Tricoli s’encastre dans la Riva Sette Martiri.

Dans le courant du mois de mai 1980, c’est le porte containers Afros qui défonce le quai des Giardini, devant la Biennale.

 mai 1980, c'est le porte containers Afros qui défonce le quai des Giardini

 mai 1980, c'est le porte containers Afros qui défonce le quai des Giardini

 mai 1980, c'est le porte containers Afros qui défonce le quai des Giardini

Le 12 mai 2004, par un épais brouillard, le paquebot Mona Lisa s’échoue devant le palais des doges avec 750 passagers à bord, s’il avait continué sur cette trajectoire, il aurait percuté la pointe de la douane.

Le 12 mai 2004, par un épais brouillard, le paquebot Mona Lisa s'échoue devant le palais des doges avec 750 passagers à bord

Et, plus récemment, le 27 juillet 2013, l’inchino du Carnival Sunshine devant le yacht de Micki Arison, patron de Carnival Corporation, qui avait failli provoquer une collision avec un vaporetto devant la Riva dei Schiavoni.

Una nave da crociera, la Carnival Sunshine, ha 'sfiorato' riva Sette Mari, uno dei moli lungo il Canal Grande, in prossimità di Piazza San Marco a Venezia.

Pour lire les articles de la presse vénitienne sur ce sujet :

Grandi navi libere, il Tar boccia i limiti – Accolta la richiesta di sospensiva, stop ai "blocchi" del governo

Grandi Navi a Venezia: il Tar riapre a San Marco, congelate tutte le ultime limitazioni

Il Tar "boccia" il Governo – Le Grandi navi possono tornare Accolta la richiesta di sospensiva della Terminal Passeggeri della riduzione del 12% del traffico dei "colossi del mare"

Grandi navi: il Tar sospende lo stop al passaggio a S.Marco

Se un giudice cancella i limiti alle grandi navi di Venezia
Secondo il Tar «non ci sono indagini adeguate sui rischi». Il ministro Franceschini aveva appena detto: non ci si può rassegnare a giganti di quelle dimensioni

Previous Older Entries

Tous les articles des derniers mois…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 467 followers