La légende du Ponte del Diavolo.

la leggenda del Ponte del Diavolo

Il y a quelques jours, nous vous avons raconté la véritable histoire du Pont du Diable, telle qu’elle nous à été raconté par un chat autochtone. Mais son histoire ne s’arrêtait pas là…  il existe d’autres histoires à propos de ce pont.

Voilà une autres des histoires que nous a racontées ce chat de Torcello :

Pendant l’occupation autrichienne, une jeune vénitienne est tombée amoureuse d’un officier de l’armée austro-hongroise.

Sa famille s’est immédiatement opposée à cette liaison, et a tout fait pour y mettre un terme au plus vite. On éloigna la jeune fille de Venise, mais elle trouva un moyen de rencontrer secrètement son bel amoureux.

Mais un jour, je jeune officier ne s’est pas présenté au rendez-vous. La jeune fille a attendu, en vain… quelques jours plus tard, elle apprit qu’il avait été assassiné, et qu’on n’avait pas retrouvé son meurtrier. Elle s’enferma dans sa chambre et a refusé d’en sortir, déprima, et refusa de s’alimenter, restant alitée et pleurant toutes les larmes de son corps.

La famille, qui était très connue dans la lagune, en deuil, a réalisé l’erreur qu’ils avaient faite, cependant, on ne pouvait plus y remédier. Un vieil ami se prit de pitié pour cette jeune fille qui se laissait ainsi dépérir. Il vint lui promettre qu’il ferait tout, tout ce qu’il est possible de faire, pour retrouver son amoureux… et il alla trouver une befana, ces vieilles sorcières de la lagune, et lui demanda d’évoquer un de ces démons mineurs, qui, sous leur langue, cachent trois clefs, capables d’ouvrir les portes du temps.

La jeune fille courut rencontrer la sorcière, et la vieille femme était très heureuse de l’aider. La sorcière fit un pacte avec le diable : le jeune officier serait été ramené à la vie en échange de l’âme de sept enfants tous morts prématurément, non baptisés.
La jeune fille était si désespérée qu’elle accepta sans réfléchir. Le contrat fut signé.

Il n’y avait plus qu’à choisir l’endroit où l’échange aurait lieu : le diable lui proposa le pont de Torcello, isolé et assez caché et, surtout, sans église voisine. La sorcière dit que le jeune fille devrait venir la voir le soir du 24 décembre, à un moment où tout le monde pensait à se réjouir et oubliait les démons de la lagune.

Cette nuit là, dans le silence, une gondole amena le jeune fille et le vieil homme dans l’obscurité. La sorcière les attendait. Elle donna une bougie allumée à la jeune fille, et lui recommanda de ne jamais avoir peur et de suivre sans crainte ses instructions. Elle fit monter la jeune fille sur le pont, puis invoqua les démons.

Le diable est apparu en noir gigantesque en face d’elle. Sans rien dire, le diable a décollé de sous sa langue une petite clé d’or, pris en échange de la monnaie d’or de la jeune fille, et cracha la clé d’or dans l’eau, où l’ombre du pont se reflète dans le clair de lune.

Dès que la clé a frappé l’eau, de l’autre côté du pont est apparu le jeune officier autrichien. La jeune fille traversa le pont, puis face à son amant, souffla la bougie et l’obscurité les a enveloppé pour les transporter dans un endroit hors du temps et de l’espace où ils peuvent vivre leur histoire d’amour sans être dérangés.

Mais le Diable voulait être payé. Sept jeunes âmes de bébés mort-nés et non baptisés, tel est le prix convenu pour les services rendus. Le Diable et la sorcière s’entendirent pour la livraison : elle aurait lieu dans la nuit du 31 Décembre, dans le voisinage de ce même pont.

La légende du Pont du diable

Le Diable et la sorcière ne savait pas, cependant, qu’ils étaient espionnés : accroupi derrière un buisson un jeune homme, voulait sauver la vie de sept enfants. Il a décidé de tuer la sorcière. Il a suivi jusqu’à sa maison, et quand il était tout à fait sûr que la sorcière s’était endormie, il mit le feu à la cabane de bois et de paille.

Dans la cabane la sorcière à été réduite à un tas de cendres.

Le Diable, cependant n’a jamais rien su de la mort de sa dévote. Le 31 Décembre, il est allé au pont de Torcello, comme convenu, et attendu en vain son chargement d’âmes chrétiennes.

Depuis lors, chaque fin d’année, un chat noir se promène près du pont, en attendant que la vieille sorcière vienne lui porter les sept âmes d’enfants chrétiens comme promis … mais personne n’est jamais venu, et tapis dans les fourrés alentours, les chats de Torcello veillent à ce que le Diable reparte bien bredouille.

Mais, ce n’est pas tout, dit notre guide félin. Suivez-moi, je vous emmène voir des amies qui vous vous conter l’histoire du fantôme de Torcello

Les légendes de Torcello

Un commentaire (+ vous participez ?)

  1. Rétrolien: Le fantôme de Torcello « Olia i Klod

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 559 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :